Meng Wanzhou, une discrète très exposée

Meng Wanzhou, 46 ans, est aussi discrète que son père, le très puissant Ren Zhengfei, fondateur du groupe Huawei, numéro un chinois des télécoms. Elle n’a donné aucune interview à la presse chinoise avant 2013, soit dix ans après sa nomination comme directrice financière du groupe.

Une discrétion et une discipline de vie qu’elle a hérité de son père, ancien officier de l’Armée populaire de Chine et membre de l’Assemblée populaire. Son ascension au sein de Huawei ressemble d’ailleurs un peu à la longue marche de son père, fils d’enseignants dans une province reculée de Chine devenu ingénieur militaire. Lorsque son unité a été dissoute, Ren Zhengfei a pris sa retraite et créé Huawei en 1987 avec seulement trois mille dollars en poche.

CV Express
  • Meng Wanzhou 46 ans, nationalité chinoise. Mariée, deux enfants.
  • 1997 : diplômée d’une maîtrise en gestion de l’Université des sciences et technologies de Huazhong (Chine)
  • Intègre Huawei comme réceptionniste en 1993.
  • Prend la direction financière unifiée du groupe en 20O3.
  • Nommée Vice-présidente du groupe Huawei en 2018.

C’est sans doute pour cela qu’il a voulu que sa fille commence elle aussi au bas de l’échelle. Meng est entrée dans le groupe en 1993 comme réceptionniste avant de travailler en tant que secrétaire et hôtesse sur les salons professionnels.

En 1997 elle retourne finir ses études dans le Hubei, au centre de la Chine, et décroche un diplôme en gestion et comptabilité avant d’intégrer le service financier de Huawei.

Au moment de son arrestation, Meng était également depuis quelques mois seulement vice-présidente de la société. Le signe qu’elle devait bientôt succéder à son père aujourd’hui âgé de 74 ans au poste de directeur général. Une hypothèse que ni l’un ni l’autre n’ont voulu confirmer.

Meng Wanzhou supervise depuis Hong Kong les finances d’une entreprise qui emploie 180.000 personnes et a réalisé un chiffre d’affaires de 47,4 milliards de dollars au premier semestre. Huawei prévoit de vendre 200 millions de smartphones cette année et vise la place de numéro un mondial dans un an.

Meng Wanzhou a toujours pris une part active dans la gestion du groupe de Shenzhen. Sous son impulsion, Huawei a mis les bouchées doubles dans la recherche et le développement prévoyant d’y consacrer cette année 20 milliards de dollars. Dans un récent discours à Singapour elle vantait le mariage de la science et de l’industrie au cœur, selon elle, de la réussite du groupe imaginant déjà une quatrième révolution industrielle basée sur l’intelligence artificielle.

  • Meng Wanzhou devait partir étudier à l’étranger à la fin des années 90, mais les autorités chinoises lui ont refusé un visa de sortie prétextant un risque d’immigration définitive. 
  • Citoyenne chinoise, Meng Wanzhou est titulaire d'une carte d'identité hongkongaise comme son père.
  • Meng a pris le nom de sa mère plutôt que celui de son père pour éviter d’attirer trop l’attention des médias.
  • Meng a une demie sœur, Annabel Yai, 21 ans, étudiante à Harvard et qui a fait sensation lors du bal des débutantes à Paris le mois dernier.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content