Publicité
Publicité
interview

"Dire qu'il y a un système cdH derrière le scandale Veviba, c'est d'une violence inouie"

©Photo News

Oui, il y a eu un problème, reconnaît Willy Borsus face au scandale de Veviba. Dire que c'est la faute du cdH, il dit non!

Il aurait pu nous recevoir autour d’un bon steak saignant. Dans les restaurants de Montréal, rien de plus facile à trouver. Les Canadiens aiment la viande. Avec les températures polaires (-8 ce jeudi) qui règnent dans la ville québécoise, ça aide à garder des forces.

Mais non. Il nous reçoit à 7h. Devant un double expresso et un pain grillé garni d’un œuf poché. N’y voyez pas un dégoût pour la viande. Vu l’actualité, ça aurait pu… Mais non. Dans une heure, le ministre-président wallon Willy Borsus rejoindra le roi Philippe et la reine Mathilde pour visiter le pied-à-terre canadien de la Sonaca.

Il rêvait sans doute de pouvoir nous parler de ça. Du Ceta, des opportunités offertes par le marché canadien aux entreprises wallonnes. D’entrepreneuriat. De beaux projets d’investissement. De choses qui font rêver, quoi. Mais non. On extirpe Willy Borsus du Canada pour le ramener sur les terres wallonnes ensanglantées par les dossiers Veviba et Zalando.

"Les Canadiens n’ont pas fait de remarques concernant le dossier Veviba. Je ne sais si c’est par courtoisie…"
Willy Borsus (MR)
ministre-président wallon

On l’oriente d’emblée sur le scandale Veviba, on lui demande si les Canadiens lui en ont parlé. Ils doivent bien ricaner alors que les Wallons calaient sur le Ceta, craignant de voir débouler des kilos de viande de mauvaise qualité sur le marché belge. La viande pourrie, pour le coup, ce n’est pas au Canada qu’on la trouve… "Les Canadiens n’ont pas fait de remarques concernant le dossier Veviba. Je ne sais si c’est par courtoisie… Par contre, ils nous parlent systématiquement du Ceta, il revient presque à chaque entretien officiel."

On ne savait pas

Bien essayé, Monsieur Borsus. Mais non. Back to reality. Veviba, un scandale aussi énorme, l’homme a été ministre de l’Agriculture au Fédéral, et il n’a rien vu venir? "Nous n’avons pas été alertés, ni moi ni Denis Ducarme, à propos de cette fraude à grande échelle."

Pas été alerté, c’est bien cela le problème. Tous ces contrôles de l’Afsca, et cette viande avariée qui leur passe sous le nez, comment est-ce possible? "C’est la question très forte que nous nous posons. C’est un des éléments importants que l’audit de l’Afsca va devoir clarifier, admet Willy Borsus. Comment se fait-il que malgré les contrôles, on ne voit pas que de la viande avec des étiquettes falsifiées, de la viande ancienne, est expédiée vers l’étranger. Il y a un manifestement gros problème, le filet des contrôles permet cela, et il faut y répondre absolument." Comment? "Clarifier cela, et veiller à ce que ce type de situation ne puisse jamais se reproduire."

Ne dit-on pas cela à chaque crise qui traverse le secteur agroalimentaire? Souvenez-vous des affaires précédentes, dont le dernier en date, le fipronil dans les œufs. L’Afsca n’en est pas à sa première faille. Et pourtant… "Le fipronil était de nature assez différente à ce scandale-ci", tempère Borsus.

"Si l’audit est commandité, c’est pour faire la lumière sur l’ensemble des mécanismes de contrôle. On ne peut présager des conclusions."
Willy Borsus (MR)
ministre-président wallon

Oui, mais il y a un problème à l’Afsca quand même? "Manifestement, ces deux constats doivent amener des changements radicaux,reconnaît le ministre. Oui, c’est le signe de problèmes, quelque chose ne fonctionne pas…" Alors quoi, on démantèle l’Afsca, on coupe des têtes? "Si l’audit est commandité, c’est pour faire la lumière sur l’ensemble des mécaniques de contrôles. Mais on ne peut présager des conclusions."

Willy Borsus attaque son œuf. On le laisse respirer. Il risque d’en avoir besoin, car on a l’intention de l’emmener sur un terrain délicat. Le politique. Le cdH. Son président, Benoît Lutgen, bourgmestre de Bastogne, là où Veviba a ses abattoirs. Ses élus, ministres en charge de l’Agriculture (Carlo Di Antonio, René Collin). Cela fait beaucoup de démocrates-humanistes proches du dossier. Et qui eux aussi, n’auraient rien vu. Vraiment rien? La députée wallonne Hélène Ryckmans (Ecolo) en doute, elle. Et on le signale à Willy Borsus. Qu’en pense-t-il, lui? "Il n’y a pas de lien entre la localisation de Veviba, les compétences à la Région wallonne, les compétences au fédéral. On est dans une situation de fraude grave et organisée, d’après les connaissances qu’on en a, mais je ne vois aucun lien!" Willy Borsus insiste, l’information n’a pas été communiquée à l’extérieur. "Ni à destination de la Ville de Bastogne, ni à destination de la Région wallonne, ni à destination du Fédéral. Alors, établir un lien me paraît totalement inopportun et contraire à la vérité."

Collusion?

Bon. On tourne un peu autour du pot là. Dans la région bastognarde, il se dit que la rumeur courrait. Elle ne serait pas arrivée aux oreilles de Benoît Lutgen? Finalement, n’y a-t-il pas collusion entre le cdH et le monde de l’agriculture? "Dire qu’il y a un système cdH derrière le scandale Veviba, c’est d’une violence inouïe, injurieux et calomnieux, s’énerve Willy Borsus. Exercer des responsabilités en faveur d’un secteur, se mobiliser pour lui, ce n’est pas de la collusion, c’est prendre ses responsabilités vis-à-vis de lui."

"La question qui se pose aujourd’hui tient aussi à la reprise de l’activité. Les abattoirs de Rochefort marquent un intérêt. Mais il est trop tôt pour en parler."
Willy Borsus (MR)
ministre-président wallon

Bien. Alors, que va-t-on faire maintenant de Veviba, dont Denis Ducarme lui-même dit qu’elle a des pratiques mafieuses? "Le terme est fort, mais il se justifie face à des fraudes de cette ampleur, rétorque Willy Borsus. L’enquête menée par la justice aura l’occasion de mettre en lumière tout ce qu’il y a lieu de savoir. La question qui se pose aujourd’hui tient aussi à la reprise de l’activité. Les abattoirs de Rochefort marquent un intérêt. Mais il est trop tôt pour en parler."

Faute de pouvoir nous éclairer sur l’avenir de l’Afsca, Willy Borsus aimerait bien nous redonner confiance, à nous consommateurs. "Il faudra apporter des changements dans les contrôles, c’est certain, il faudra plus de transparence. Mais il ne faut pas que cette affaire vienne jeter l’opprobre sur l’ensemble du secteur. On a une qualité de production, nos producteurs de viande sont désespérés de voir ce qui se passe. Mais cela ne doit pas amener à condamner l’ensemble du secteur."

Faudrait-il plus que jamais favoriser les circuits courts, en finir avec les modèles de grands abattoirs? "On soutient la production et la transformation de proximité, le petit boucher du quartier, les filières bio. Mais il faut rappeler que 10% des exportations wallonnes viennent de l’industrie alimentaire. Les deux piliers sont nécessaires à notre activité agricole."

Zalando, l’autre épine

Le scandale Veviba, c’est un scandale alimentaire. Mais il a mis au jour un autre problème qui plombe l’emploi wallon. Veviba emploie 67 travailleurs détachés. Willy Borsus, il en pense quoi, de ce détachement des travailleurs?

A en croire son collègue ministre de l’Economie et l’Emploi, Pierre-Yves Jeholet, ce phénomène a en effet aussi contribué à ce que Zalando boude les terres wallonnes pour ses investissements, préférant poser le pied aux Pays-Bas… "Il est a des combinaisons abusives qui amènent les entreprises à faire usage du détachement et de l’intérim", dit-il. Mais le ministre pointe aussi du doigt le manque de main-d’œuvre qualifiée qui entraîne que 60 métiers sont en pénurie (dont celui de boucher). Comprenez, s’il n’y avait pas autant de difficultés à trouver les travailleurs nécessaires dans le stock des 290.000 Wallons sans emploi, la Belgique ne se retrouverait pas dans le peloton de tête des utilisateurs du système du détachement… "C’est quand même un comble d’avoir une croissance économique à 1,9%, 2% en 2018, et qu’une partie des bénéfices de cette croissance en termes d’emploi s’écoule vers les pays de l’est", peste Willy Borsus.


Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés