Scandale Veviba: pourquoi la justice a-t-elle tant tardé?

©Food and Beverage Asia

Alors que l'Afsca rassure les consommateurs sur les risques santiaires découlant de l'affaire Veviba, la députée Ecolo Muriel Gerkens convoque la commission de la Santé de la Chambre pour retracer les étapes. En effet, les premières plaintes de l'Afsca datent de septembre 2016... Pourquoi la justice a-t-elle tant tardé à agir? En tous cas, Colruyt et Delhaize abandonnent leur collaboration avec Veviba & Co.

Encore un scandale sanitaire et alimentaire. Mais que sait-on vraiment des fraudes de Veviba? Juste ce que l'Afsca a révélé ce jeudi:

Des fraudes à l'étiquette. Des étiquettes de viande congelée ont été retirées et remplacées par d'autres affichant une date plus récente. Qui est coupable? Qui savait? Quelle différence entre les dates? Et donc quels risques?

Des fraudes à la découpe. La fraude dans la division découpe concerne des morceaux de carcasse qui n'étaient pas destinés à la consommation et qui se sont retrouvés dans la viande hachée vouée à être transformée ultérieurement. Ici aussi, de nombreuses questions restent sans réponse.

Pour en savoir plus, la députée fédérale Muriel Gerkens (Ecolo) a donc convoqué la commission de la Santé de la Chambre, dont elle est présidente.

Quand? Ce lundi - à 14h ou 14h15 - sur l'affaire Veviba. Ce sera l'occasion de retracer l'historique de l'affaire depuis les premières plaintes en septembre 2016 jusqu'à l'inspection en mars 2018. Pourquoi la justice a-t-elle tant tardé à agir?

Les ministres de la Santé et de l'Agriculture, Maggie De Block et Denis Ducarme seront présents en commission. Une représentation de l'Afsca est également attendue.

Ce vendredi, l'Afsca nous confie qu'il n'y a désormais plus de produits à risque de Veviba dans le marché:

 "Au niveau sanitaire, le risque est clairement contrôlé. Le consommateur peut faire ses courses sereinement. On n'est pas dans une crise alimentaire touchant la population." (Jean-Sébastien Walhin, porte-parole de Veviba)

→ La Febev (Fédération belge de la viande) a assuré vendredi que les abattoirs de Belgique disposent d'une capacité suffisante pour approvisionner les supermarchés, sans la viande de Veviba.

Delhaize et Colruyt arrêtent leur collaboration avec Veviba & Co

Les agréments de Veviba ont été retirés pour un atelier de découpe et un surgélateur industriel situés à Bastogne. Une perquisition menée par un juge d'instruction a révélé des infractions, dont certaines représentent un risque sanitaire.

La grande distribution, cliente de Veviba, prend ses dispositions pour "protéger" les consommateurs. Ainsi, ce vendredi Delhaize annonce qu'il arrête sa coopération avec le groupe Veviba avec effet immédiat. "Toute violation de la sécurité alimentaire est inacceptable" s'insurge le groupe. Colruyt suspend lui aussi sa collaboration avec l'entièreté du groupe Verbist, maison mère de Veviba. Du côté de Carrefour, on annonce interrompre, le temps de l'enquête, la collaboration avec l'abattoir Adriaens.

 

• Lisez aussi

Scandale Veviba: quels sont les risques?

Le personnel de Veviba était au courant, les éleveurs scandalisés

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content