Extrapreneurs accouche de ses premiers projets

©Frédéric Pauwels / HUMA

Silicon Beligum | Quatre mois après le lancement de son excubateur, Michel De Kemmeter dresse un bilan positif avec une livrée de neuf projets viables. Une seconde édition commence en mai.

Ils sont une vingtaine d’hommes et de femmes de tous âges dans un grand open space impersonnel du boulevard du Souverain, à Bruxelles. Penchés sur leurs ordinateurs portables ou rassemblés en salle de conférence, ils mettent la dernière main aux projets qu’ils présenteront ce vendredi soir devant la presse. "Ils", ce sont les "extrapreneurs" de l’excubateur made in Michel De Kemmeter, du nom du fondateur du programme.

"Si on réussit à Bruxelles, on peut aller où on veut!"
Michel De Kemmeter
Fondateur d’Extrapreneurs

Si l’incubation consiste à développer son business en assumant les risques seul, l’excubation permet à des entrepreneurs de monter leur projet en s’adossant à une entreprise (Exxon, AGC Glass ou Besix, entre autres). Un processus qui se veut gagnant-gagnant: l’entrepreneur a accès aux réseaux et ressources de l’entreprise et limite les risques pour lui-même tandis que du côté de l’entreprise, "on fait des progrès rapides", explique Hein Dirix, directeur des produits infrastructure et environnement chez Tractebel (Engie). "La personne qu’on détache sur Extrapreneurs n’est pas stoppée par les tâches quotidiennes et peut se concentrer sur l’innovation et le développement de nouveaux produits", explique-t-il en laissant la porte ouverte à une participation à la seconde édition.

Silicon Belgium

Les nouvelles technologies peuvent-elles fleurir sur les cendres de notre vieille industrie et faire de la Belgique le pays de l’innovation? Avec le dossier #SiliconBelgium, L'Echo pose la question et passe la tech belge au crible.

Découvrez notre dossier en cliquant ici.

Extrapreneurs réunit différents types de profils: des jeunes avec l’envie d’entreprendre, des personnes en transition professionnelle et des employés de grandes entreprises. Ils mettent leurs connaissances en commun pour développer leurs projets. Pour les accompagner, des coachs et 24 journées de formation "topissimes et bluffantes", pour Marie, ancienne indépendante au chômage qui travaille sur un projet adossé à Tractebel. "Je suis impressionnée par la maîtrise et la capacité de vulgarisation des intervenants, notamment quand on évoque des domaines techniques comme l’intelligence artificielle ou l’internet des objets."

Changer l’état d’esprit des entreprises

Encore faut-il que l’alchimie opère entre l’excubateur et les entreprises qui versent chacune 25.000 € de droit d’entrée. La majorité des collaborations se déroulent sans accroc, mais il est parfois difficile pour l’entreprise-sponsor de lâcher du lest. "Il nous est arrivé d’être sifflé dès qu’on sortait du cadre… alors qu’on est payé pour sortir du cadre!", s’étonne Michel De Kemmeter. "Parfois à tel point que l’entreprise s’est retirée du programme."

Une maison autonome, passive et à moins de 100.000€, le défi d'Habity

120 jours pour lancer sa start-up

Pour éviter cet écueil, De Kemmeter et son équipe changent un peu les règles du jeu pour la seconde édition qui démarre à la mi-mai. "L’idéal, c’est qu’on puisse garder les coudées franches pour créer quelque chose de vraiment disruptif mais qui corresponde à l’objectif fixé et qu’on ait quand même accès aux ressources de l’entreprise." Pour ce faire, le sponsor ne devra plus nécessairement détacher une personne à 3/5 pendant quatre mois sur le programme. En revanche, des workshops mensuels entre les différentes parties prenantes et les entreprises participantes seront organisés.

Pour les participants à la première édition, le travail ne s’arrête pas avec la présentation de leurs travaux. Des négociations sont en cours avec certaines entreprises pour appliquer les solutions sur le terrain avec un objectif affiché: l’exportation. "Le marché belge est tout petit. Si on réussit à Bruxelles, on peut aller où on veut", s’enthousiasme De Kemmeter.

Quatre projets à la loupe

  • Cartographier les places en crèche en temps réel

Allô Crèche développe une application web qui permet de cartographier la disponibilité des places en crèche, tant dans le secteur privé que dans le public. La commune de Verviers a acheté le programme, qui permet aux parents de réserver une place en crèche directement depuis le site web de la commune. Une phase test est actuellement en cours et les entrepreneuses à la tête du projet négocient actuellement avec deux communes bruxelloises.

  • Décentraliser le recyclage dans les villes

F-Loops veut décentraliser le recyclage des déchets vers de petites unités dont le produit serait revendu et utilisé localement. L’équipe, qui mélange toutes les générations, affirme que la perte de rentabilité due à la décentralisation serait compensée par les économies de transport et la revente de la matière première recyclée. Besix étudie actuellement le dossier et pourrait adjoindre de telles unités à de grands centres commerciaux ou à des hôpitaux, par exemple.

  • Maîtriser les risques intangibles en entreprise

7D Risk propose d’aider les entreprises à identifier les risques intangibles que sont, entre autres, la cybersécurité ou l’e-réputation, mais surtout de les accompagner dans la gestion de ces risques. Le prototype préparé par Maxime Durand, 23 ans, est prêt et 7D Risk devrait commencer à proposer des prestations à partir d’avril. Airbus s’est montrée intéressé pour une phase test dans son département dédié à la défense.

  • Construire des logements passifs à taille humaine

Habity développe de petites maisons presque totalement passives et abordables (110.000 € à l’achat, 700 €/mois à la location) en défendant un retour à un mode de vie simple. Les trois entrepreneurs derrière le concept développent un projet pilote à Walhain, dans le Brabant wallon. Il comprendra plusieurs maisons ainsi qu’un espace communautaire et un magasin en circuit court. Le permis d’urbanisme sera introduit dans les prochains mois. Des contacts sont également en cours pour un développement au Maroc.

©Frédéric Pauwels / HUMA

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content