Une Google Academy dans la gare Centrale

©BELGA

Après Londres, le géant américain a choisi Bruxelles pour promouvoir l’esprit d’entreprise.

Bruxelles va-t-elle bientôt compter un nouvel acteur de choix dans la formation et l’accès aux métiers du digital? Selon des sources proches du dossier, BeCentral, le campus digital inauguré en octobre dernier en plein cœur de la gare Centrale, est en passe de conclure un accord pour l’implantation d’une Google Digital Skills Academy.

Les discussions sont proches d’aboutir mais achoppent encore sur une série de points entre les différentes parties. Officiellement, on en sait donc encore très peu sur les contours du projet. À part qu’il s’inscrirait dans la volonté d’élargir l’offre de formation en compétences numériques dans la capitale.

Pour la SNCB aussi, c’est une belle occasion de valoriser son patrimoine immobilier.
.

Ce que l’on sait aussi, c’est que la concession immobilière accordée par la SNCB à BeCentral pour son campus concerne au total 2.500 m² et que la SPRL à finalité sociale a encore, aujourd’hui, de l’espace pour s’agrandir.

Dans les faits, et selon nos informations, des travaux seraient d’ailleurs sur le point de débuter au deuxième étage, qui s’étale sur 1.000 m². Pour la SNCB, il s’agit là d’une belle occasion de valoriser son patrimoine immobilier et d’attirer potentiellement davantage de passagers.

Du côté de Google, ce ne serait pas une première. Le géant américain a encore ouvert en juin dernier une académie digitale à Londres. Dans la capitale britannique, son centre de formation a été conçu comme un hub pour "éduquer et inspirer" sans distinction, des enfants aux fondateurs d’entreprise.

Renforcer les compétences numériques de la Belgique et promouvoir l’esprit d’entreprise, c’est précisément la mission que s’est donné BeCentral.
.

Renforcer les compétences numériques de la Belgique et promouvoir l’esprit d’entreprise, c’est précisément la mission que s’est donné BeCentral. Porté par une belle brochette d’entrepreneurs et d’investisseurs belges, le projet a toujours affiché sa volonté de fédérer les différentes initiatives existantes pour donner de la visibilité à tout l’écosystème tech bruxellois.

Pour la capitale enfin, il s’agit d’une belle vitrine et d’une preuve supplémentaire que Bruxelles est (enfin) en passe de devenir un véritable hub européen.

Selon une récente étude de Start-up.be, l’écosystème tech bruxellois a créé 3.000 emplois dans la capitale depuis 2010. Toutes les start-ups interrogées ont l’intention de continuer à engager dans les mois à venir.

Contenu sponsorisé

Partner content