Mouscron | Le cdH doit gérer l'après-Gadenne

La députée régionale Christiane Vienne mènera la liste PS à Mouscron en octobre. ©BELGA

Le cdH va tenter de conserver sa majorité absolue après le décès du très populaire Alfred Gadenne, ancien bourgmestre.

Toutes les cartes sont à rebattre à Mouscron depuis le décès de l’ancien bourgmestre Alfred Gadenne en septembre 2017 (cdH, 7.035 voix de préférence en 2012) et, en janvier 2014, du premier échevin Damien Yzerbyt (cdH, 3.106 voix de préférence en 2012).

De nombreux observateurs locaux évoquent même un scrutin test pour la liste du cdH qui va devoir reconquérir ces 10.000 voix laissées après le décès de ces deux personnalités très populaires!

Le taux de chômage à Mouscron est l'un des plus élevés de Wallonie.

En position de force actuellement avec 19 élus sur 37 et une majorité absolue ouverte à 5 élus du MR depuis 2012, le cdH joue la carte de la continuité. "L’objectif est évidemment de garder la majorité absolue. Notre équipe est forte et elle doit nous permettre de maintenir cette stabilité", estime Mathilde Vandorpe, conseillère communale à Mouscron et députée au Parlement wallon.

Ne manquez rien des élections communales

- Notre dossier avec toutes les analyses

- Notre blog avec tous les à-côtés

- Abonnez-vous sur Twitter et Instagram

Du côté de l’opposition socialiste, c’est également la même assurance. La députée régionale Christiane Vienne, qui amènera la liste PS en octobre, y voit même une opportunité pour son parti de revenir au-devant de la scène. "Les jeux sont ouverts. L’ancien bourgmestre était un grand faiseur de voix. Il est difficile de voir comment l’électeur va se positionner."

Mais au-delà des questions politiques sur l’assise électorale des partis ou d’une arrivée éventuelle du PS au pouvoir dans un bastion humaniste ou encore d’une nouvelle alliance cdH-MR et de la percée d’Ecolo, l’autre grand sujet à Mouscron concerne son redéploiement économique.

 

Pour Christiane Vienne, l’enjeu réside d’abord dans l’identité de la ville. "Il faut travailler sur le commerce dans le centre-ville. Le rôle de ville frontalière n’est pas facile, car de nombreux commerces sont aspirés par la France ou la Flandre. Il faut travailler sur l’identité de la ville et ne pas réduire Mouscron à un club sportif. Pour cela, il faut développer l’activité économique endogène et faire en sorte que les jeunes qui partent étudier à Bruxelles, par exemple, reviennent habiter à Mouscron", estime l’ancienne ministre qui rappelle que le taux de chômage à Mouscron est un des plus élevés de Wallonie.

Au cdH, si on partage cette même priorité économique, on insiste plus sur l’attraction de la ville pour les entreprises de services. "Il y a 30 ans, la ville a bénéficié des aides financières de l’Europe et cela a permis à Mouscron de passer d’une ville tournée sur le textile à une cité où l’agroalimentaire est bien présent. Il faut maintenant évoluer. On ne saura pas se développer à l’infini. Il manque aujourd’hui à Mouscron un peu d’espace pour encore accueillir des grandes entreprises qui ont besoin d’énormément de terrains. Il est donc très important de développer l’économie de service qui demande moins de place."

>> Retrouvez toute l'actualité des élections communales dans notre dossier <<

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content