Publicité
Publicité

Et maintenant le budget!

La crise entre le PS et le VLD a atteint des sommets de chamaillerie. Plus que sur le contenu, c'est pour sa réputation que l'un répliquait à l'autre. Chacun voulant avoir le dernier mot pour sauver la face. Mercredi matin, le Premier ministre a enfin rassemblé sa classe et calmé le jeu.

Au sortir de la réunion de crise, tous se montraient satisfaits. Il était temps. Une semaine pour résoudre (pour trois mois...) un problème spécifique de sécurité, c'est un peu long.

La pression à l'approche des élections communales ne vaut pas une chute du gouvernement fédéral. Entre-temps, tous les dossiers fédéraux ont été bloqués pendant cette crise. C'est une semaine de perdue pour des sujets nettement plus critiques.

Publicité

La crise entre deux partenaires du gouvernement, bien qu'officiellement résolue, reste latente. Les offenses sont en mémoire. Les politiciens devront mettre de côté leur querelles électorales pour avancer dans l'intérêt de l'État.

Il reste un peu moins de 15 jours pour contrôler le budget 2006 et planifier le budget 2007. Les négociations budgétaires sont déjà délicates en temps normal. Cette année, les promesses et les erreurs annoncent une franche bataille. Le gouvernement fédéral s'est voulu généreux pour la fin de l'année 2006: chèques scolaires, hausse des frais forfaitaires déductibles?

Or les recettes escomptées sont amputées. Il manque certainement 1,1 milliard (erreur informatique sur IPP et DLU bis). Les 600 millions de recettes de la Sicafi risquent d'être reportés suite au recours au Conseil d'État d'Axa. Manque probable pour le budget 2006: 1,7 milliard. Il va falloir faire des concessions pour atteindre l'équilibre budgétaire. On attend le gouvernement au tournant.

Les opérations one shot de ventes du patrimoine de l'État et les versements anticipés ne sont qu'une solution à court terme. Les conséquences se répercuteront sur les années futures.

Le budget 2007 doit être clôturé avec presque 5 milliards de boni pour répondre au pacte de stabilité européen de 0,3% du PIB. Le gouvernement devrait peut-être envisager de réduire les mesures populaires pour tenir une gestion saine...

par Stéphanie Dechamps, journaliste Économie & Politique

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Messages sponsorisés
Tijd Connect
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.
Partnercontent
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.