L'aspirine en doses modérées réduirait la mortalité des femmes (étude)

L'aspirine en doses modérées réduirait nettement le risque de mourir de maladies cardiovasculaires chez les femmes d'âge mûr, selon une étude.

(afp) Cette recherche, conduite pendant 24 années sur 79.439 femmes, montre que celles ayant pris de l'aspirine en doses faibles à modérées ont diminué leur risque de décès de 25%, comparativement à celles n'en ayant jamais consommé.

Les risques de mourir d'une maladie du coeur ou d'un cancer, les deux principales causes de mortalité des femmes aux Etats-Unis, ont baissé respectivement de 38% et 12% dans le groupe des femmes ayant pris de l'aspirine, précise l'étude parue dans les Archives of Internal Medicine.Selon Andrew Chan, principal auteur de l'étude, "l'utilisation d'aspirine pendant une période d'un à cinq ans est associée à une baisse importante de la mortalité par maladies cardiovasculaires".

Ce chercheur de l'école de médecine de l'université Harvard (Massachusetts, nord-est) précise toutefois que ces résultats n'ont été observés qu'à des doses faibles et modérées d'aspirine. En outre, les effets du médicament sont plus importants chez les femmes d'âge mûr et celles présentant de plus grands risques cardiovasculaires."En revanche, une nette diminution du risque de mourir d'un cancer n'a pas été observée avant dix ans de consommation d'aspirine", ajoute le Dr Chan.Sur les 79.439 participantes à l'étude débutée en 1980, 45.305 n'ont jamais pris d'aspirine, 29.132 en ont absorbé en doses faibles à modérées (de un à 14 comprimés de 325 milligrammes par semaine) et 5.000 en ont pris plus de 14 comprimés par semaine.

Les auteurs préviennent toutefois que l'aspirine ne doit pas être consommée à titre préventif sans avoir consulté un médecin au préalable.L'aspirine est connue pour ses propriétés anticoagulantes, ce qui explique son rôle dans la réduction des risques cardiovasculaires.

Photo belga

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect