Camille Dieu (PS): «Plutôt positif»

"Le bilan emploi du gouvernement violet est plutôt positif", estime Camille Dieu, au nom du PS et de la majorité sortante. "On n'a pas atteint les 200.000 emplois. Mais l'objectif était très ambitieux et volontariste."

(l'écho) "Et le résultat n'est pas si mauvais", juge-t-elle. "On doit faire plus et poursuivre", commente-t-elle. "Il faut aussi relativiser les constats. L'emploi est une responsabilité partagée par les Régions et dépend aussi du contexte économique international. Un gouvernement fédéral ne décrète pas l'emploi, mais propose des incitants», nuance Camille Dieu.

Elle recense plusieurs points positifs : «On a maintenu l'indexation automatique des salaires, augmenté le pouvoir d'achat des travailleurs via notamment la hausse des frais professionnels déductibles. On a augmenté le salaire minimum. On a lutté contre les pièges à l'emploi, notamment en offrant la gratuité des déplacements domicile-lieu de travail. On a réduit les cotisations pour les employeurs, promu un bonus formation dans les entreprises, favorisé le maintien dans le pays des chercheurs», énumère Camille Dieu.

«L'emploi, c'est aussi du qualitatif, ajoute-t-elle. Nous avons renforcé les possibilités de crédit-temps, les frais de garde déductibles, etc., afin de permettre de mieux concilier vie de famille et vie professionnelle.» Le PS a aussi «soutenu des efforts importants en faveur des indépendants, avec un statut social complet. C'est important pour soutenir la création d'activités économiques, vecteurs d'emplois».

La députée PS reconnaît que le Pacte ou le contrôle des chômeurs ont été difficiles à avaler. «Mais nous avons limité les dégâts. Sans nous, cela aurait été pire. Les prépensions sont limitées mais, en Allemagne, la retraite a été retardée à 67 ans.» «Globalement, nous avons réussi à maintenir une sécurité du travail et une protection sociale forte», conclut Camille Dieu. A.Nx

Publicité
Publicité

Echo Connect