Un «Pacte» controversé

Le «Pacte de solidarité entre les générations», c'est la réforme phare du gouvernement Verhofstadt II. Son idée centrale: rendre l'accès aux prépensions plus difficile afin d'augmenter le taux d'emploi des aînés.

(l'écho) Le tout dans un contexte de vieillissement de la population. Le «Pacte» a soulevé une véritable tempête sociale à l'automne 2005. Deux grèves générales, une manifestation de 100.000 travailleurs dans les rues de Bruxelles: on n'avait plus connu cela depuis les luttes syndicales contre le «plan global» de Jean-Luc Dehaene en 1993. Pour autant, cette réforme est jugée courageuse mais encore insuffisante aux yeux de bien des experts. La mécanique du «Pacte» est complexe. En substance, il s'agit de durcir l'accès aux prépensions. En cas de restructuration, un travailleur âgé (plus de 45 ans) licencié n'a plus droit automatiquement à la prépension, mais doit d'abord transiter pendant six mois dans une cellule de remise à l'emploi. L'âge de départ en pré-retraite est progressivement augmenté. Le plan gouvernemental prévoit d'augmenter l'âge de la prépension «classique» à 60 ans d'ici 2008. Dans un premier temps, les conditions de longueur de carrière sont portées à 30 ans pour les hommes et 26 ans pour les femmes et ensuite respectivement à 35 ans et 28 ans en 2012.

Publicité
Publicité

Echo Connect