Publicité

L'ancienne usine Mactac à Soignies devient le plus gros site européen d'Avery Dennison

©Olivier Gosset

L’ancien site de Mactac à Soignies, restructuré par le passé, va devenir en termes d’emplois la plus grosse unité européenne du groupe américain Avery Dennison, spécialisé dans la conception et la fabrication de matériaux d'étiquetage autoadhésifs. Avec à la clé, la création de quelque 250 emplois. 

C’est ce qui s’appelle une quasi renaissance: l’ancien site de Mactac à Soignies, restructuré par le passé, va devenir en terme d’emplois la plus grosse unité européenne du  groupe américain Avery Dennison, spécialisé dans la conception et la fabrication de matériaux d'étiquetage autoadhésifs. Avec la clé, la création de quelque 250 emplois. 

Le géant californien, qui emploie quelque 30.000 personnes dans le monde pour un chiffre d’affaires de 6,6 milliards de dollars, a mis en chantier une réorganisation de sa production en Europe. Concurrent d’entreprises comme 3M, Avery Dennison a pris la décision de fermer son unité de Schwelm en Allemagne, sous-utilisée, pour rapatrier la production à Soignies, qui deviendra de la sorte le principal centre mondial de fabrication graphique du groupe. Les étiquettes et produits graphiques (les auto-adhésifs utilisés dans l’identification visuelle) représentent la majeure partie des ventes d’Avery Dennison, le reste étant constitué du marquages des ventes au détail et de produits industriels et de santé.

Tripler les volumes

Une centaine de millions d'euros sont consacrés à ce projet d'envergure qui prévoit le déménagement de plusieurs équipements d’Allemagne vers Soignies, dont une ligne de couchage et une dizaine d’équipements de finition. De nouvelles installations, dont l’achèvement a été officialisé lundi en présence du ministre wallon chargé des Zones d’Activités Economiques, Carlo Di Antonio (cdH), ont été érigées dans la ville hennuyère pour amener le site aux meilleurs standards. L’usine de Soignies doit permettre un triplement des volumes de production.

"Nous voulons croître en tant que tel sur ce marché, mais également nous étendre avec des acquisitions." 
Frederic Noel
vice-président Graphics d’Avery Dennison

Quelque 154 personnes ont déjà été engagées sur les 250 prévues, a indiqué Frederic Noel, vice-président Graphics d’Avery Dennison et responsable du projet d'extension. "Nous nous sommes repositionnés", a précisé ce dernier. "Nous voulons croître en tant que tel sur ce marché, mais également  nous étendre avec des acquisitions." Le site de Soignies, qui employait encore 400 personnes il y a peu, va grimper à plus de 650 personnes une fois le projet d'expansion finalisé d’ici six mois, confortant sa position de premier employeur privé de la ville.

Le fait que Soignies fabrique les trois grands types de produits du groupe a joué en sa faveur car l’inverse -le rapatriement de l’ensemble vers Schelwm- aurait été beaucoup plus complexe. La configuration du site belge a aussi pesé: il était plus facile d’y consolider l’activité que d’agrandir l’usine allemande.  Dans le même temps, il n’y a pas eu d’aides financières à l’investissement, la législation européenne interdisant ce type d’instrument lors d’une fermeture au sein d’un groupe.

La fermeture progressive du site allemand, qui sera achevée en avril 2019, se passe sans heurts, a encore fait valoir Frederic Noel. "Les Allemands continuent à travailler très professionnellement. Il n’y a pas eu un seul jour de grève, à l’exception du jour de l’annonce de la fermeture du site. Les gens (de Soignies, NDLR) vont se former en Allemagne et cela se passe très bien." Le taux de chômage relativement bas en Rhénanie-du-Nord-Westphalie permet par ailleurs de recaser rapidement les travailleurs. L’usine de Schwelm arrêtera complètement la production, mais conservera une petite activité commerciale et de marketing. 

Pour compléter l'extension, une plateforme logistique utilisée en sous-traitance par Avery Dennison à Tournai sera agrandie. Ses volumes devraient également être multipliés par trois. 

Une reprise en 2016

650
personnes
C'est le nombre de personnes qui seront employées sur le site de Soignies.

Géant des produits autoadhésifs, le groupe américain Avery Dennison avait repris Mactac en 2016 auprès de Platinum Equity, un fonds d'investissement privé basé en Californie, pour un montant de 200 millions d'euros. Lorsqu’il avait lui même racheté Mactac, Platinum avait procédé à une restructuration (130 emplois de moins) qui avait entraîné la disparition de certaines activités déficitaires. 

A noter que la marque Mactac subsiste toujours aujourd’hui comme l'une des marques fabriquées à Soignies, aux côtés d’Avery Dennison et de JAC. L’usine de Soignies vend sa production à des distributeurs, ceux-ci la fournissant ensuite à des transformateurs, qui vont imprimer leur publicité et adapter le produit au support. 

Mactac avait été fondée en 1950 aux Etats-Unis par Burt Morgan, un ingénieur venant de chez Avery, qui n’était pas encore à l’époque fusionné avec Dennison. Elle a été longtemps concurrente d’Avery. Mactac Europe a été créée en 1967 par Burt Morgan et Jean Godefroid. 

Avery Dennison compte une quinzaine de sites en Europe. Une autre usine majeure du groupe est celle de Rodange, qui a des volumes de production supérieurs à ceux de Soignies, mais compte moins de salariés. Quelques 65 millions de dollars ont été investis il y a deux ans dans ce site, qui fabrique des étiquettes destinées notamment à l’industrie alimentaire et cosmétique.   

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés