Publicité

Sébastien de Halleux quitte le navire au vent en poupe Saildrone

©Wim Kempenaers (WKB)

Le spécialiste des bateaux autonomes dédiés à l'étude des océans Saildrone lève 100 millions de dollars, après avoir vu partir l'une des stars de la scène tech belge à son bord.

Alors que le poids économique des océans gagne chaque jour en importance, le besoin de mieux les cartographier, les comprendre et les suivre dans la durée suit la même tendance.

Basée à San Francisco, Saildrone l'a bien compris en développant ces cinq dernières années une importante flotte de navires scientifiques autonomes - lire sans pilote et alimentés à l'énergie solaire -, permettant de se rendre jusque dans des zones jamais atteintes par l'homme en raison des dangers ou de l'inintérêt préalable qu'elles présentaient.

En quelques années, la société a fait son trou. Et attiré les investisseurs. Mieux, elle vient même de lever quelque 100 millions de dollars en ce début de semaine, pour porter le total des fonds qu'elle a récoltés à ce jour à 190 millions. De quoi lui permettre de regarder l'avenir avec optimisme.

100
millions de dollars
Saildrone vient de lever quelque 100 millions de dollars.

Famille et investissements

Toutefois, un coéquipier ne répondra plus à l'appel, apprend-on. Le Belge Sébastien de Halleux, COO de la société depuis ses débuts ou presque, a en effet décidé de faire un pas de côté. Objectif? Se concentrer sur sa famille et un portefeuille croissant d'investissements early-stage du côté du fonds Graph Ventures ayant déjà soutenu de l'ordre de 200 start-ups à ce jour.

Enfant du digital et roi du flair, le quadra est connu pour avoir notamment cofondé le développeur de jeux vidéo pour smartphone Playfish, vendu en 2009 au géant américain Electronic Arts pour 400 millions de dollars.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés