1. Les marchés
  2. Live blog
live

Le Nasdaq franchit la barre fatidique des 7.000 points

La Bourse de New York, qui avait gagné 25% en 2017, a clôturé la première séance de l'année nouvelle en nette hausse. Le Nasdaq s'est même permis le luxe de franchir la barre fatidique des 7.000 points, une première historique.
  • Fin du live

    Merci à toutes et à tous de nous avoir suivis pour cette première journée de l'année sur les marchés.

    Bonne soirée et à demain!

  • Le Nasdaq franchit la barre fatidique des 7.000 points

    Belle journée de reprise sur les marchés américains. Le Nasdaq et le S&P 500 ont tous les deux terminé à des records, l'indice technologique se permettant même le luxe de clôturer au-delà des 7.000 points, une première historique. En détail, le Dow Jones a gagné 0,42% à 24.824,01 points, tandis que le Nasdaq et  le S&P 500 ont respectivement pris 1,5% à 7.006,9 points et 0,83% à 2.695,81 points.

    "Un vieil adage dit que janvier donne le ton du marché pour l’ensemble de l’année. Il est un peu tôt pour en juger mais le moins qu’on puisse dire, c’est que c’est encourageant", a commenté Tom Cahill de Ventura Wealth Management.

    Les mastodontes de la technologie ont réellement porté cette première journée de courtage, à l’image de Facebook (+2,81%), Amazon (+1,67%), Alphabet (+1,88%, maison-mère de Google), Apple (+1,79%) et Twitter (+2,08%). Les valeurs technologiques ont ainsi poursuivi sur leur lancée de 2017 où elles ont affiché de très loin la plus forte progression au sein des 11 secteurs qui composent le S&P 500 (+36,9%).

  • Wall Street clôture en hausse

    • Le Dow Jones a gagné 0,42% à 24.823,64 points.
    • Le Nasdaq a avancé de 1,5% à 7.006,90 points.
    • Le S&P 500 a progressé de 20,44 points à 2.694,11 points.
  • Le pétrole termine en baisse à New York

    Le pétrole new-yorkais a clôturé en petite baisse ce mardi, partagé entre la reprise de l'activité sur un oléoduc en mer du Nord et une montée des tensions en Iran.

    Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en février, référence américaine du brut, a perdu 5 cents pour clôturer à 60,37 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

  • Résumé de la séance

    Les principaux indices actions ont clôturé en territoire négatif ce mardi, une nouvelle fois impacté par la vigueur de l’euro. La monnaie unique se négociait à 1,2048 dollar à l’heure de fermeture des marchés européens. "Le gros thème de la fin d'année dernière et de ce début 2018 est le repli du dollar qui a pour corollaire un renforcement de l'euro, ce qui pèse sur toutes les valeurs exportatrices, en particulier dans le secteur automobile", a commenté Andrea Tuéni, un analyste de Saxo Banque.

    Le Dax allemand a reculé de 0,36%, le Cac 40 de 0,45% et le Footsie britannique de 0,52%. Le secteur du voyage et loisirs (+0,16%) a été particulièrement animé, réagissant à une note d’analyse de Bank of America Merrill Lynch (BAML).

    KBC s’étend sur le marché bulgare

    Après une ouverture en tête des indices européens (+0,31%), le Bel 20 s’est enfoncé dans le rouge ce mardi. L’indice bruxellois a perdu jusqu’à 0,51% avant de clôturer sur une progression de 0,04% à 3.979,53 points. En haut du classement, Aperam a bondi de 2,34% à 43,93 euros. Telenet a grimpé de 1,39% à 58,90 euros, UCB de 1,06% à 66,88 euros, Umicore de 0,63% à 39,70 euros et Ontex de 0,45% à 27,70 euros.

    Le titre KBC a par contre lâché 0,15% à 71 euros. Le bancassureur a annoncé vendredi avoir conclu un accord avec MetLife pour lui racheter sa participation restante de 40% dans UBB-MetLife Life Insurance Company. L’opération, qui sera finalisée au deuxième trimestre 2018, n’aura aucun impact financier matériel. "Cette transaction semble très logique après l'acquisition d'UBB. Elle permettra à KBC de poursuivre sa stratégie d'assurance bancaire en Bulgarie. Elle est cependant trop petite pour déclencher des changements dans nos estimations", a commenté Bart Jooris de la banque Degroof Petercam. L’analyste a ainsi réitéré sa recommandation à "accumuler", avec un objectif de cours fixé à 79 euros. Soit un potentiel de hausse de 11,09%.

    Le groupe de distribution Colruyt (+0,16% à 43,43 euros) a annoncé avoir racheté 48.300 actions propres la semaine dernière, pour un prix moyen de 43,41 euros l’unité. Ce qui représente un montant total de 2,09 millions d’euros. Colruyt a ainsi racheté 3.340.506 actions propres à ce jour, pour un total de 147,5 millions d’euros, dans le cadre d’un programme limité à 350 millions maximum.

    Ahold Delhaize (+0,08% à 18,35 euros) a de son côté finalisé son programme de rachat d’actions d’un milliard d’euros. Et comme annoncé le 8 novembre dernier, le groupe de distribution en a lancé un nouveau pour un montant total de 2 milliards d’euros. Lire notre article

    Sur le marché élargi, on notera la nette performance de KKO International (+9,86% à 0,76 euro), qui est l’un des grands perdants de 2017. Le titre a effacé environ deux tiers de leur valeur en Bourse l’année dernière. Mais le producteur de cacao a récemment fait état d’un démarrage de la campagne 2017-2018 encourageant.

  • Clôture des Bourses en Europe

     

    - Stoxx 600:  -0,32%   à    387,95 points

    - Bel 20      : +0,04%  à 3.979,53 points

    - CAC 40     : -0,45%  à 5.288,60 points

    -DAX 30      : -0,36%  à 12.871,39 points

  • Production US de pétrole record!

    La production de pétrole brut aux Etats-Unis a atteint en octobre 9,64 millions de bpj, selon les données de l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA). Soit son plus haut niveau de production mensuelle en plus de 46 ans.

    Les chiffres de production de septembre ont été révisés en baisse de 11.000 bp/j à 9,47 millions de bp/j, a précisé l'EIA dans son rapport mensuel sur le production. S'il n'est pas révisé le mois prochain, le chiffre d'octobre serait un record mensuel depuis le mois de mai 1971.

    En novembre, l'Arabie saoudite, premier producteur au monde,  avait produit 9,97 mb/j.

  • L'once d'or brille sur les marchés

    Pour le 8e séance d'affilée -quasi sa plus longue période de hausse depuis 2011-, l'once d'or progresse. A New York, son prix grimpe de 9,5 dollars pour atteindre 1.312,3 dollars.
    En dépit de la faiblesse persistante du dollar, il monte pour le 7e jour de suite en euros (+5,9 euros à 1.090,8 euros). 

  • Wall Street sur sa lancée de 2017

     La Bourse de New York a ouvert en hausse mardi pour la première séance de l'année, en l'absence de catalyseurs et d'indicateurs économiques et sur fond de repli du dollar.

    Près d'une heure après le début des transactions, l'indice Dow Jones affichait un gain de 0,43% à24.825,60 points, et le S&P 500 de 0,64% à 2.690,63 points. Sur la Bourse du Nasdaq, le Composite montait de 0,98% à 6.971,02 points.

    Wall Street continue sur sa lancée de 2017 -le Dow Jones avait gagné 25,08%-, où les trois grands indices ont réalisé leur meilleure performance annuelle
    en quatre ans, grâce à la combinaison d'une forte croissance économique, de bénéfices solides, de taux faibles d'intérêts et d'anticipations de baisses de l'impôt sur les sociétés.

    "La première semaine de trading indique généralement la tendance générale des marchés, que nous prévoyons positive", commente Peter Cardillo, chef économiste chez First Standard Financial à New York, cité par Reuters. Les échanges pourraient toutefois rester peu étoffés ce mardi en l'absence de statistiques à l'agenda. Les investisseurs auront davantage d'indicateurs à se mettre sous la dent mercredi, avec la publication du compte-rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale.

    Sur le marché des changes, le dollar poursuit son repli et perd 0,21% face à un panier de devises de référence, touchant un creux de plus de trois mois. Parallèlement, l'euro avance de 0,21%, à 1,2037 dollar.

    Netflix près du sommet

    Du côté des actions, Netflix gagne 3,64% à 198,95 USD. L'action se rapproche de son pic historique de 16 octobre dernier quand elle avait clôturé à 202,68 USD. Walt Disney prend 1,75% à 109,39 USD et Discovery Communications 2,10% à 22,85 USD. Lles analystes de Macquarie ont relevé leur conseil à
    "surperformance" contre "neutre" sur les trois titres.

    L'action cotée à New York d'Embraer avance de 5,01% à 25,13 USD, après une information de presse selon laquelle les discussions entre Boeing (+0,55%) et l'avionneur brésilien ne portent pas sur un changement de contrôle du capital de ce dernier, mais sur des coentreprises et des coopérations.

    Weatherfort International chute de 17,17% à 3,54 USD. Le groupe de services au secteur pétrolier, qui s'emploie à réduire sa dette, a annoncé vendredi la vente d'actifs à son concurrent Schlumberger pour 430 millions de dollars (356 millions d'euros) après l'abandon d'un projet de coentreprise.

    Le secteur des casinos est affecté par l'annonce d'un chiffre d'affaires inférieur aux prévisions en décembre de plusieurs casinos de Macau, épicentre mondial des jeux d'argent.

  • Antares: la cotation de l'action est suspendue

    A la demande de la société immobilière Antares, la cotation de son action a été suspendu à la Bourse de Bruxelles. Et cela dans l'attente de la publication d'un communiqué.

    La semaine passée, l'action Antares avait perdu 9,09% à 50 euros.
    Le société affiche une capitalisation boursière de 7,9 millions d'euros.

  • Airbus aurait atteint ses objectifs

    Airbus a livré plus de 700 avions en 2017, un niveau record qui lui permet d'atteindre l'objectif qu'il s'était fixé pour l'année écoulée, a appris Reuters de sources industrielles.

    Les chiffres exacts restent confidentiels avant leur annonce le 15 janvier mais les sources précisent qu'Airbus a livré un nombre record d'appareils au mois de décembre, dépassant donc le pic mensuel de 111 avions touché en décembre 2016.

    Ajoutées aux 591 livraisons déjà effectuées entre janvier et novembre, les livraisons de décembre signifient qu'Airbus a livré au moins 703 appareils en 2017, soit une hausse d'au moins 2% par rapport à 2016.

    A la Bourse de Paris, l'action accuse une petite perte de 0,12% à 82,90 euros. En 2017, elle avait progressé de 32,08%.
    Airbus affiche une capitalisation boursière de 64,2 milliards d'euros.

  • | OPENING BELL |

    Wall Street a ouvert en hausse : le Dow Jones grimpe de 0,46%, le S&P 500 de 0,41% et le Nasdaq de 0,50%

  • Le pétrole ouvre en baisse à Wall Street

    Le pétrole ouvre en baisse de 8 cents à New York à 60,34 dollars le baril.

  • Mondadori profite d'un article sur une possible alliance en France

    Mondadori est en nette hausse mardi à la Bourse de Milan, porté par un article de Milano Finanza selon lequel l'éditeur de presse discute d'une fusion de ses activités françaises avec Lagardère et le magazine Marie-Claire.

    Le nouvel ensemble pourrait être coté à la Bourse de Paris, précise le quotidien financier italien, qui cite des sources financières.

    Selon Banca Akros, une opération telle que celle évoquée par Milano Finanza pourrait se traduire par un quasi-doublement de l'excédent brut d'exploitation de Mondadori en 2018 grâce aux synergies.

    Le courtier ajoute que les discussions n'en sont sans doute qu'à un stade préliminaire et qu'elles pourraient durer toute l'année. Il a néanmoins relevé sa recommandation sur Mondadori à "acheter" contre "conserver".

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    * ABBOTT LABORATORIES - JPMorgan a relevé sa recommandation sur le groupe pharmaceutique à "surpondérer" contre "neutre" et Morgan Stanley a porté la sienne de "pondération en ligner" à "surpondérer". Le titre gagne 2,9% dans les transactions en avant-Bourse.

    * BOEING - Les discussions entre le groupe aéronautique américain et le brésilien Embraer ne portent pas sur un changement de contrôle du capital de ce dernier mais sur des coentreprises et des coopérations, rapporte mardi le quotidien brésilien Valor Econômico, qui cite des sources proches des pourparlers.

    * JOHNSON & JOHNSON - JPMorgan a abaissé sa recommandation à "neutre" contre "surpondérer" tout en maintenant son objectif de cours à 150 dollars, expliquant que d'autres valeurs du secteur pharmaceutique offraient un meilleur potentiel de hausse.

    * NETFLIX gagne 1,2% dans les transactions avant-Bourse, Macquarie ayant relevé sa recommandation à "surperformance" contre "neutre".

    * WALT DISNEY - Macquarie a relevé sa recommandaiton à "surperformance" contre "neutre".

    * WEATHERFORD INTERNATIONAL - Le groupe de services au secteur pétrolier, qui s'emploie à réduire sa dette, a annoncé vendredi la vente d'une activité à son concurrent SCHLUMBERGER pour 430 millions de dollars (356 millions d'euros) après l'abandon d'un projet de coentreprise. Le titre Weatherford cède 7,2% en avant-Bourse.

    * WYNN RESORTS perd 5% en avant-Bourse après que plusieurs casinos de Macau, épicentre mondial des jeux d'argent, ont publié des chiffres d'affaires inférieurs aux prévisions pour le mois de décembre.

    * XUNLEI - Le groupe chinois de services en ligne gagne 3,4% en avant-Bourse après l'annonce par Morgan Stanley d'une prise de participation passive de 5,1%. La société a vu sa valeur boursière quadrupler en 2017.

  • "Le sujet principal depuis la mi-décembre et en ce début d'année, réside dans la hausse de l'euro qui vient encore de s'amplifier ces derniers jours."
    Franklin Pichard
    Directeur général de Kiplink Finance

  • Le point sur les marchés en milieu de journée

    1. Les marchés européens plient en milieu de journée, principalement pénalisés par la vigueur de l'euro qui pointe à 1,207 dollar.

    2. Aux alentours de 12h30, Paris glisse de 0,89%, Francfort de 0,75%, Londres de 0,56% et Amsterdam de 0,51%. Bruxelles suit la tendance européenne, en repli de 0,44%.

    3. En matières statistiques, les indicateurs manufacturiers plubliés en matinée n'ont pas permis d'inverser la tendance.

    4. Tous les secteurs sont dans le rouge, avec en tête le compartiment automobile (-1,5%) et celui des valeurs minières (-0,82%). Les valeurs pétrolières sont tout juste à l'équilibre, soutenues par les prix du pétrole.

    5. Si les prix du pétrole reculent légèrement, après avoir atteint leurs plus hauts niveaux depuis 2015, ils se stabilisent à un niveau élevé alors qu'un mouvement de contestation antigouvernemental prend de l'ampleur en Iran. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars vaut 66,73 dollars.

    6. Lufthansa réduit ses pertes à 2,7% après avoir perdu jusqu'à 7% en matinée. Selon des traders, BAML a ramené son opinion sur Lufthansa à "sous-performance". L'action a plus que doublé de valeur l'année dernière.

    7. Wall Street est attendue en légère hausse à l'ouverture.

  • Venez commenter l'actualité boursière avec nous (->13h30)

  • Les shorteurs particulièrement actifs sur Casino, Carrefour, Vopak...

    Parmi les valeurs de l'indice Stoxx 600, les shorteurs (vendeurs à découvert) ont été particulièrement actifs la semaine passé sur les titres Casino, Carrefour, Vopak et Lanxess, RWE, DIA, Michelin, Banco BPM, Ocado, Saipem et Deutsche Bank.

    Pour Casino , Fir Tree a annoncé une position vendeuse nette de 0,7 million d'actions (0,6% des titres existants).

    Pour Carrefour , Wordlquant a initié une position vendeuse nette de 3,87 millions d'actions (0,5% des actions émises).

    Il a également a initié une position vendeuse nette de 0,64 million d'actions (0,5% des actions émises) sur Vopak et de 0,46 million d'actions (0,5% du capital) sur Lanxess .

  • BAML anime le compartiment du transport aérien

    Le compartiment du transport aérien est animé mardi en Bourse, un mouvement que plusieurs intervenants expliquent par les réactions à une note d'analyse de Bank of America Merrill Lynch (BAML) sur le secteur.

    Selon des traders, BAML est passée à l'achat sur Air France-KLM et IAG pour des raisons de valorisation et a ramené son opinion sur Lufthansa à "sous-performance".

    La banque américaine a également revu à la hausse, à "neutre", son conseil sur Easyjet et reste à l'achat sur Ryanair , qui demeure sa valeur préférée dans le segment des compagnies à bas coûts, ont précisé des traders.

    Deux d'entre eux ont ajouté que BAML était aussi passée à l'achat sur Norwegian Air Shuttle .

  • Thales monte, porté par Barclays

    Thales est en nette hausse à la Bourse de Paris, porté par le relèvement de la recommandation et de l'objectif de cours de Barclays, qui juge imméritée la sous-performance récente de la valeur.

    En fin de matinée, le titre du groupe d'aéronautique et de défense gagne 1,7% l'une des progressions les plus marquées de l'indice SBF 120, alors en repli de 0,82%.

    Barclays a relevé sa recommandation de "pondération en ligne" à "surpondérer" et rehaussé de 21% son objectif de cours, porté de 91 à 110 euros.

    Le titre Thales a perdu plus de 11% entre le 18 octobre, veille de la publication d'un chiffre d'affaires du troisième trimestre jugé décevant, et le 15 décembre, avant l'annonce du rachat de Gemalto. Un recul injustifié, estime Barclays, qui retient surtout que le groupe a réaffirmé ses prévisions pour l'ensemble de 2017.

  • Record pour l'indice PMI manufacturier de la zone euro

    L'indice PMI manufacturier de la zone euro au record, à 60,6 en décembre - identique à l'estimation flash - contre 60,1 en novembre, selon les résultats définitifs de l'enquête mensuelle d'IHS Markit auprès des directeurs d'achats publiée mardi.

    Record également en Allemagne où la croissance de l'activité du secteur manufacturier a atteint en décembre un niveau inédit grâce à la vigueur de la demande étrangère, au point de porter les délais de livraison à leur plus haut niveau depuis plus de 20 ans.

    En France, le secteur manufacturier a fini 2017 dans l'euphorie, affichant son rythme le plus élevé depuis plus de dix-sept ans grâce à une demande toujours plus forte.

     

  • "Les investisseurs reviennent à leur poste après la pause de Noël en faisant face aux bonnes vielles incertitudes géopolitiques, Iran, Corée... ce qui peut les pousser à la prudence."
    Les analystes chez Accendo Markets

  • Le point sur les marchés en début de matinée

    1. Les marchés actions pointent en baisse, les investisseurs abordant l'année avec prudence tout en restant attentifs à l'évolution de l'euro.

    2. Francfort perd 0,84%, Amsterdam 0,64%, Paris 0,45%, Londres 0,16% et Bruxelles 0,12%.

    3. L'euro continue de monter face au dollar à 1,2044.

    4. Le compartiment automobile plus forte baisse sectorielle en Europe avec un repli de 1,53%.

    5. Les chiffres PMI définitifs publiés par le cabinet Markit, de l'activité dans le secteur manufacturier en décembre en zone euro et aux Etats-Unis sont à l'agenda de la journée. Les investisseurs ont déjà pris connaissance des statistiques d'activité manufacturière en Chine qui ont nettement accéléré en décembre.

    6. Le pétrole reste bien orienté soutenu entre autres par le contexte des manifestations anti-gouvernementales en Iran: le Brent se traite à près de 67 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) à plus de 60,50.

     

  • BP souffre aussi de la réforme fiscale US

    Tout comme Goldman Sachs la semaine dernière, BP a déclaré que la réduction d'impôt américaine pèserait aussi sur ses résultats à court terme. Le géant pétrolier a dès lors passé une charge de 1,5 milliard de dollars dans ses comptes.

     

  • | Opening Bell |

    Les marchés abordent la première séance de l'année 2018 avec prudence. La journée s'annonce calme avec un agenda encore largement dégarni juste après les fêtes.

    • Bruxelles: 0,34%
    • Amsterdam: +0,03%
    • Francfort: -0,30%
    • Paris: +0,10%
    • DJ Stoxx 600: +0,01%

  • Ahold Delhaize va racheter pour 2 milliards d'euros d'actions propres

    Ahold Delhaize débute aujourd'hui un programme de rachat d'actions de 2 milliards d'euros annoncé le 8 novembre 2017. Elle prévoit de l'achever avant la fin de l'année. L'ancien programme de rachat d'actions d'un milliard d'euros a été complété avec succès le 29 décembre 2017.

    L'intention est de détruire ces actions rachetées, de sorte que les bénéfices futurs doivent être répartis sur un moins grand nombre de titres.

     

    ©ANP XTRA

  • Prudence en vue en Europe pour la première séance de 2018

    1. Les Bourses européennes devraient ouvrir sur une note prudente pour la première séance de l'année.

    2. D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait perdre 0,15%, à l'ouverture et le Dax à Francfort 0,3% tandis que le FTSE à Londres gagnerait 0,1%, ce qui lui suffirait pour inscrire un nouveau record.

    3. La Bourse de Tokyo est fermée jusqu'à jeudi.

    4. L'indice MSCI regroupant les valeurs d'Asie et du Pacifique hors Japon progresse de 1,03%, au plus haut depuis 2007, soutenu entre autres par les gains de plus de 1% enregistrés par les marchés actions chinois en réaction à la hausse inattendue de l'indice PMI manufacturier Caixin-Markit pour le mois de décembre, à 51,5.

    5. Cette bonne surprise pourrait soutenir les valeurs européennes du secteur des matières premières.

    6. Le sentiment général profite aussi des signes de détente dans la péninsule coréenne, au lendemain de l'offre de dialogue du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un à son voisin du sud, accueillie prudemment par Séoul.

    7. Sur le marché des changes, l'euro poursuit sa progression, autour de 1,2025 dollar, après avoir atteint 1,2028 vendredi. Les cambistes ont désormais en ligne de mire le pic de 2017 de 1,2092, atteint en septembre.

    8. Le marché pétrolier reste bien orienté, soutenu entre autres par le contexte des manifestations anti-gouvernementales en Iran.

    9. La séance sera animée principalement par les résultats définitifs des enquêtes PMI dans le secteur manufacturier européen.

  • Les prix du pétrole orientés à la hausse

    Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, mardi matin en Asie, dopés par les violentes protestations en Iran contre les difficultés économiques et le régime du président Hassan Rohani.

    Peu avant 8h, le baril de light sweet crude (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en février, gagnait 0,38% à 60,65 dollars dans les échanges électroniques en Asie.

    Le baril de Brent, référence européenne, également pour livraison en février, progressait de 0,45% à 67,17 dollars.

  • L'activité manufacturière chinoise a nettement accéléré

    L'activité manufacturière chinoise a nettement accéléré en décembre, selon un indicateur indépendant diffusé par le groupe de médias Caixin, qui prend le contrepied d'un chiffre gouvernemental montrant au contraire un léger ralentissement de ce secteur crucial.

    L'indice des directeurs d'achat (PMI), calculé de façon indépendante par le cabinet IHS Markit et rendu public par Caixin, s'est établi à 51,5 le mois dernier contre 50,8 en novembre.

    Ce baromètre, basé sur les carnets de commandes des firmes sondées, est jugé annonciateur de la conjoncture à venir dans la deuxième économie mondiale. Un chiffre supérieur à 50 indique une expansion de l'activité, en-deçà une contraction.

     

    "L'activité manufacturière s'est améliorée en décembre, confortant l'idée que la croissance économique s'est stabilisée en 2017."
    Zhong Zhengshen
    Economiste au cabinet CEBM du groupe Caixin

  • A l'agenda de ce mardi 2 janvier

    → Marchés fermés au Japon et en Suisse

    → Allemagne

    • 9h55 Indice PMI manufacturier IHS Markit définitif / décembre
    • 10h Bilan 2017 du marché du travail (1ère estimation)

    → Chine

    • Indice PMI Caixin-Markit manufacturier / décembre

    → Royaume-Uni

    • 10h Indice PMI manuf. IHS Markit définitif zone euro / décembre
    • 10h30 Indice PMI manufacturier IHS Markit / décembre

  • A suivre cette semaine

    1. L'inflation dans la zone euro

    Eurostat publie les chiffres de l'inflation pour la zone euro vendredi. Les économistes prévoient une hausse de l'inflation à 1,4% en décembre, contre 1,5% en novembre. La hausse des prix de l'énergie pourrait avoir ralenti. L'inflation sous-jacente, sans nourriture et sans énergie, pourrait avoir accéléré de 0,9 à 1%.

    Ce qui est certain, c'est que l'inflation reste beaucoup plus faible que la cible visée par la BCE. La Banque centrale européenne table sur une inflation "inférieure à, mais proche de 2%". A partir de janvier, elle réduira ses achats d'obligations de 60 à 30 milliards d'euros par mois. La BCE est convaincue depuis plusieurs mois que la forte reprise économique va progressivement augmenter l'inflation vers le niveau espéré.

    2. Le rapport sur l'emploi aux États-Uni

    Le département américain du Travail publie son rapport d'emploi mensuel vendredi. Les économistes s'attendent à ce que le nombre d'emplois ait augmenté de 189.000 en décembre, comparativement à 228.000 en novembre. Le taux de chômage s'est probablement stabilisé à 4,1%, son plus bas niveau en 16 ans.

    Les chiffres du marché du travail ainsi que les chiffres de l'inflation déterminent la politique de taux d'intérêt de la banque centrale américaine. Les dirigeants de la Fed ont signalé il y a deux semaines qu'ils voulaient relever les taux d'intérêt à trois reprises en 2018. Ils s'attendent à ce que l'inflation atteigne progressivement l'objectif de 2% et que le taux de chômage tombe en dessous de 4% dans les mois à venir. Le marché prévoit seulement deux hausses de taux en 2018.

    3. Entrée en vigueur de MIFID 2

    Entrée en vigueur le 3 janvier 2018 de la directive MiFID2 sur les instruments financiers.

  • Bonjour!

    Nouvelle année, nouvelle semaine, nouveau Market Live.... Au nom de la rédaction de L'Echo, nous vous souhaitons une année 2018 prospère et en bonne santé!

Plus sur Les Marchés

Echo Connect