Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité

Un bar à moitié prix juste de l'autre côté de la frontière

Faire ses réserves de boissons alcoolisées au Grand-Duché permet de réaliser jusqu’à 53% d’économies. Même si les gains sont un peu moins élevés, ces achats valent aussi le coup en France.
©Photo News

Comeos, la fédération du commerce, l’avait prédit, l’augmentation des accises sur les boissons alcoolisées n’allait provoquer qu’une seule chose: la hausse des achats transfrontaliers. Et en effet, rien qu’entre novembre 2015 — date d’entrée en vigueur d’une hausse de 2,6 euros pour les bouteilles d’alcool fort — et avril 2016, les dépenses des ménages belges à l’étranger pour remplir leur bar ont augmenté de 133%, selon Dominique Michel, administrateur délégué de Comeos. Ce chiffre provient d’une étude commandée par la fédération du commerce.

De novembre à avril, les dépenses en alcool des ménages belges à l’étranger ont augmenté de 133%.

Sur la même période, la vente d’alcools forts dans les commerces belges a diminué de 15 à 20%. Les Belges ont préféré faire des réserves dans le nord de la France (où les ventes ont augmenté de près de 50%) et au Luxembourg (+ 36%).

Direction Luxembourg

En fonction de leurs possibilités, les Belges auraient d’ailleurs plutôt intérêt à privilégier le Grand-Duché car d’après notre comparatif (voir tableau), ils peuvent y faire jusqu’à 53% d’économies, contre 47% dans l’Hexagone.

Seules deux bouteilles sont un peu moins chères en France qu’au Grand-Duché: la bouteille de rhum blanc (8,63 euros au lieu de 9,30 euros) et la bouteille de cocktail "Mojito" (8,61 euros contre 11,65 euros). Ceci dit, ce produit – au même titre que le champagne – n’appartient pas à la catégorie des alcools forts (plus de 18°).

Notez que si ces deux produits sont exclus du comparatif, la différence de prix minimum entre la France et la Belgique n’est que de 13% alors qu’elle commence à 34% au Luxembourg.

©MFN

… mais gare aux limites

C’est donc la destination à privilégier par excellence pour les commandes groupées. Mais attention aux limites: les achats d’alcool pour votre usage personnel réalisés dans un autre pays membre de l’Union européenne sont plafonnés à 110 litres pour la bière, à 90 litres pour le vin (dont 60 litres de mousseux), à 20 litres pour le sherry, le porto ou autres apéritifs et enfin à 10 litres seulement pour les spiritueux. Au-delà de ces limites (valables par personne), vous vous exposez au risque de devoir payer des accises.

Pas de halte aux Pays-Bas

Notre comparatif a été réalisé mardi dernier et il tenait compte de la réduction éventuelle applicable ce jour-là pour l’achat d’une seule bouteille (et elles étaient nombreuses pour Albert Heijn).

Par conséquent, le prix de l’alcool vendu aux Pays-Bas semble équivalent ou moins cher qu’en Belgique. Hors promotion, c’est pourtant loin d’être le cas. D’ailleurs, l’année dernière, 7 des 12 boissons de notre comparatif y étaient plus chères.

Par exemple, le gin qui affiche cette semaine un tarif proche de celui du Luxembourg (9,99 euros) bénéficie actuellement d’une belle réduction de 7 euros. En temps normal, il coûte donc 16,99 euros, soit 3,47 euros de plus que son prix belge.

Les autres grosses réductions concernent l’amaretto (-4,30 euros) et la vodka Eristoff (-4 euros).

En résumé

Si vous avez l’habitude de vous balader en dehors de nos frontières, n’hésitez pas à faire vos réserves d’alcool au Luxembourg ou en France. Vous serez de toute façon gagnant par rapport aux prix belges. D’ailleurs, le niveau des accises belges n’est pas l’unique responsable de cette situation. La TVA luxembourgeoise (17%) et la TVA française (19%) sont aussi plus avantageuses que la TVA belge (21%)

Si vous êtes au Luxembourg, privilégiez un supermarché de l’enseigne Colruyt ou Delhaize où ils affichent des prix moins élevés qu’Auchan.

Si vous êtes en France, difficile de vous recommander une enseigne plutôt qu’une autre, surtout que ce comparatif ne tient compte que de deux distributeurs alors qu’il y en a plein d’autres en France comme Intermarché ou E.Leclerc. Il vaut donc mieux faire preuve de bon sens et privilégier le supermarché le plus proche sur votre route.

Si vous n’avez pas souvent l’occasion de vous rendre à l’étranger, les prix de Colruyt sont un peu plus avantageux que ceux de Carrefour et Delhaize.

Mais dans l’ensemble, ces prix pourraient bientôt repartir à la baisse. Johan Van Overtveldt, le ministre des Finances, songerait effectivement à faire machine arrière car la hausse des accises sur l’alcool (et sur le tabac) est l’une des mesures les moins efficaces du tax shift opéré par le gouvernement fédéral en 2015.

Dans son ensemble, la mesure a rapporté une vingtaine de millions d’euros à l’Etat alors que pour l’année 2016, ce sont près de 300 millions de recettes qui sont inscrites dans le budget fédéral. On est donc très loin du compte…

[Suivez Caroline Sury sur Twitter en cliquant ici]

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Messages sponsorisés