Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Investir dans un vélo, c'est aussi bon pour le portefeuille

Selon les cas, cet investissement pourrait ne pas vous coûter un rond! Le point en 10 questions.
©Filip Ysenbaert

En cinq ans, le nombre d'utilisateurs d'un vélo électrique a doublé, selon la neuvième enquête nationale annuelle d'insécurité routière de l'Institut Vias -publiée en mars 2021 - pour laquelle 6.000 personnes ont été interrogées.

Si vous aussi vous souhaitez vous équiper et investir dans un vélo à assistance électrique (VAE) ou un vélo classique, voici tout ce que vous devez savoir.

1/ Comment choisir un vélo à assistance électrique?

Préférez d’office un cadre en alu afin de compenser la surcharge du moteur et de la batterie. Et si votre budget le permet, privilégiez un cadre en carbone.

Les freins hydrauliques sont un must. Il existe une version à patins ou à disque. Privilégiez la seconde version, car ce système a pour avantage d’être plus rapidement efficace sous la pluie. En outre, il n’entraîne pas l’usure de la jante par frottement.

Question moteur, plus le voltage est élevé, meilleures sont les performances! Il n’est bien sûr ici pas question de vitesse (étant donné que celle-ci est limitée électroniquement à 25 km/h ou à 45km/h en fonction du modèle de vélo à assistance électrique), "mais bien de la capacité à emmener le vélo et le cycliste jusqu’au sommet d’une côte avec un minimum d’effort musculaire, le pédalage étant toujours exigé."

Privilégiez un vélo dont le moteur se situe dans le pédalier et non pas dans le moyeu de la roue. Cela vous assurera un meilleur équilibre et surtout plus d’efficacité. En outre, en cas de crevaison, les roues pourront être changées plus aisément.

Enfin, optez de préférence pour une batterie au lithium.

2/ Combien ça coûte?

Pour Renaud De Bruyn, membre de l’ASBL Ecoconso et utilisateur quotidien du vélo électrique pour ses déplacements domicile-travail, le prix d’un bon vélo électrique tourne en moyenne autour des 2.000 euros pour un modèle dont le moteur se trouve dans le pédalier.

2.000€
en moyenne
Le prix d'un bon vélo à assistance électrique.

Pour les modèles dont le moteur se trouve dans le moyeu, la fourchette de prix se situe entre 800 et 1.500 euros maximum.

"Le prix peut grimper jusqu’à 2.700 euros mais au-delà, on arrive dans du haut de gamme. Par contre, en dessous de 2.000 euros, on est en face de vélos qui bénéficient d’une belle promotion ou qui sont moins intéressants."

3/ Où trouver un financement?

Plusieurs banques proposent un prêt à tempérament spécialement destiné au financement d'un vélo. Voici notre dossier: Où trouver le crédit vélo qui vous correspond le mieux?

4/ Quels sont les frais supplémentaires?

Il faut bien sûr tenir compte de l’entretien. "Mais ce n’est pas beaucoup plus cher que pour un vélo classique", selon l’expérience de Renaud De Bruyn. "Des éléments comme la chaîne ou les freins souffrent un peu plus vu qu’il faut compter sur la puissance du moteur en plus de celle de vos jambes mais, personnellement, j’ai déjà parcouru 3.800 km avec mon vélo sans avoir besoin de changer la chaîne, alors qu’on recommande de le faire à partir de 3.000 km."

Ce cycliste vient également de remplacer ses freins. "Cela m’a coûté 25 euros, frais de main-d’œuvre compris. C’est donc très raisonnable en terme d’entretien."

En théorie, le moteur ne nécessite pas d’entretien. En même temps, comme le précise Renaud De Bruyn, on a encore très peu de recul sur la longévité des moteurs pédaliers. "Je ne sais pas si le mien va tenir 10.000, 20.000 ou même 25.000 km."

Par contre pour la batterie, il faut clairement s’attendre à la changer après quelques années d’utilisation (de 3 à 6 ans en fonction de sa qualité et de son utilisation). Pour augmenter sa durée de vie, s’il s’agit d’une batterie au lithium, Renaud De Bruyn recommande de la charger quand elle a atteint 40 ou 60% d’utilisation.

Mais surtout, d’éviter à tout prix d’attendre qu’elle soit plate car c’est très mauvais pour sa durée de vie. "La mienne a 3 ans et plus de 3.000 km au compteur et je n’ai jusqu’à présent pas encore remarqué de différence d’autonomie."

Des associations cyclistes peuvent faire marquer votre vélo gratuitement pour le protéger contre le vol.

Pour l’entretien, notez que certaines associations de cyclistes mettent gratuitement à disposition leurs ateliers, leurs outils de réparation ou encore une liste de paramètres à vérifier pour rouler en toute sécurité.

Ces associations proposent même de faire marquer votre vélo gratuitement pour le protéger contre le vol. Ce marquage consiste à graver votre numéro national sur le cadre.

Enfin, n’oubliez pas d’investir dans un cadenas solide. Le meilleur choix, selon l’ASBL Ecoconso, c’est un cadenas en U de qualité. "En général, il est lourd et cher!"

5/ Puis-je profiter d’une prime?

En Région bruxelloise, il est possible de bénéficier d’une prime vélo, à condition de se passer d’une voiture. C’est la "prime Bruxell’air".

Concrètement, si vous renoncez à votre plaque d’immatriculation et à votre voiture, vous pouvez bénéficier pendant un an d’un abonnement Cambio Start (un système de voitures partagées) et d’une prime vélo d’un montant de 505 euros maximum.

En revanche, si vous faites carrément procéder à la destruction de votre voiture, vous aurez un double choix. Soit vous pouvez bénéficier d’un abonnement Cambio Start pour deux ans, en plus d'un double prime vélo (de 1.010 euros donc), soit d'une prime vélo simple, mais qui s'accompagne d'un abonnement STIB à la zone Brupass pour un an et d'un abonnement Cambio Start pour deux ans.

Depuis 2021, il existe également une prime en Région wallonne, de 50 à 400 euros, pour l’achat d’un vélo (entre le 1er juillet 2020 - avec effet rétroactif - et le 31 décembre 2022) destinée à réaliser des trajets domicile-travail ou pour la recherche d'emploi. Cette prime est cumulable avec celles distribuées aux niveaux provincial et communal.

6/ Suis-je obligé de souscrire une assurance?

En fonction de vos usages, il n’est pas toujours nécessaire de souscrire une assurance vol. Quid d’une RC et d’une assurance assistance et à quels prix? Les réponses se trouvent dans notre article complet: Quelles assurances souscrire pour votre vélo?

7/ Ai-je droit à une indemnité de mon employeur?

Votre employeur peut effectivement vous récompenser pour chaque kilomètre parcouru dans le cadre de vos déplacements domicile-travail ou purement professionnels, mais il ne s’agit pas d’une obligation, à moins qu’une convention collective de travail sectorielle n’en décide autrement.

0,24€
L’indemnité vélo s’élève à 24 cents par kilomètre parcouru effectivement.

L’indemnité vélo s’élève à 24 cents par kilomètre parcouru effectivement (une déclaration sur l’honneur fait foi). Celle-ci est exonérée fiscalement et socialement.

Par exemple, si vous effectuez 200 jours par an des trajets de 10 km (aller comme retour) vers votre travail, cela vous permettra de bénéficier d'une indemnité vélo de 960 euros net.

8/ Mon employeur peut-il me sponsoriser?

Les employeurs peuvent effectivement mettre à disposition de leurs travailleurs des vélos de société qui peuvent être cumulés avec l’indemnité vélo.

"La mise à disposition d’un vélo par l’employeur génère un avantage de toute nature en principe imposable dans le chef du travailleur, du moins si celui-ci peut également l’utiliser à des fins privées", explique Securex.

Le montant de l’avantage en nature dépend du prix du vélo et du pourcentage de l’usage purement privé par rapport à l’utilisation totale.

"L’intérêt du vélo d’entreprise réside cependant précisément dans l’exonération totale pour le travailleur de l’avantage qui lui est ainsi accordé. Il est en effet expressément prévu que l’utilisation d’un vélo d’entreprise à des fins exclusivement privées est exonérée d’impôt, à condition que le travailleur l’utilise également pour les déplacements entre son domicile et le lieu de travail."

Par ailleurs, cet avantage ne donne lieu au paiement de cotisations de sécurité sociale que pour l’usage à des fins purement privées (vu que les déplacements domicile-travail et professionnels sont exonérés).

Le montant de l’avantage en nature dépend du prix du vélo et du pourcentage de l’usage purement privé par rapport à l’utilisation totale. "Dans la pratique, les montants calculés sont très limités, précise Securex.

"Si le travailleur n’utilise, par exemple, son vélo que pour l’aller-retour entre la gare ou son domicile et le lieu de travail, aucun avantage en nature ne sera retenu au niveau social."

Pour motiver votre employeur à vous octroyer un vélo de société, n’hésitez pas à lui signaler que la plupart des investissements réalisés afin de favoriser l’usage des deux roues pour les déplacements domicile-lieu de travail sont fiscalement déductibles à 120% pour l’entreprise.

Il s’agit par exemple de l’aménagement de parkings pour vélos et de sanitaires, mais aussi des frais d’acquisition des vélos eux-mêmes et de leurs accessoires (casques, cadenas, vêtements de protection, etc.)

9/ Existe-t-il une réduction d’impôt?

Malheureusement non. La réduction d’impôt prévue pour les véhicules électriques ne s’applique pas aux vélos électriques, selon le SPF Finances. "Vous ne pouvez donc pas reprendre dans votre déclaration les dépenses pour l’achat d’un vélo électrique."

Cette réduction d’impôt est d’application pour les motocyclettes, les tricycles et les quadricycles électriques.

10/ Est-il possible de louer/tester des vélos?

Contactez les vélocistes proches de chez vous. Ils sont nombreux à proposer la possibilité de tester un VAE en prévision d'un achat.

Sinon des associations (dont Pro Velo) proposent différents programmes de test et de location.

Bon à savoir

Pour rappel, celui qui achète un speed pedelec, c’est-à-dire un vélo dont l’assistance électrique peut grimper jusqu’à 45 km/h (soit 20 km/h de plus que les vélos à assistance électrique classique), doit obligatoirement porter un casque.

En revanche, depuis le 1er juin 2019, il n’est légalement plus tenu d’avoir une assurance RC. "L’assurance RC familiale reste toutefois vivement recommandée, car tout dommage causé à un tiers doit être indemnisé", prévient le Gracq, le groupe de défense des intérêts des cyclistes francophones en Belgique.

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés