Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

"L'argent n'est pas une fin en soi mais un moyen de vivre et de réaliser ses rêves"

A 50 ans, ce chocolatier est devenu une star mondiale qui signe des autographes à la demande d’amateurs souvent inconditionnels de ses créations.
©Dieter Telemans

Pierre Marcolini occupe 350 employés dans son atelier en région bruxelloise et dans ses 24 boutiques (Bruxelles, Londres, Paris, Tokyo). Il se différencie des autres chocolatiers belges en sélectionnant lui-même ses fèves de cacao au Brésil, en Equateur, au Mexique… Il fait également partie du jury de l’émission de France 2 "Qui sera le prochain grand pâtissier?"

1. Quel est votre premier souvenir lié à l’argent? Un job d’étudiant?

Mon premier souvenir lié à l’argent correspond en effet à mon premier job d’étudiant. À 15 ans, je travaillais dans une pâtisserie de quartier à Bruxelles dans la commune de Saint-Gilles. Cela a duré quinze jours, j’avais des horaires difficiles et j’ai gagné 1500 francs belges (environ 38 euros). Ce salaire m’a été versé en petites coupures: des billets de 20 francs! C’est un excellent souvenir et cela m’a rapidement fait comprendre la valeur de l’argent.

2. Avec la vie professionnelle chargée qui est la vôtre, quels sont les services pour lesquels vous seriez d’accord de payer afin de vous faciliter la vie et de gagner du temps?

Je suis favorable en effet à tout ce qui me permet de gagner du temps et j’utilise beaucoup les livraisons à domicile!

3. Quelles sont les choses pour lesquelles vous dépensez sans compter?

Je dépense sans compter pour les bons produits de qualité, le savoir-faire artisanal, et plus récemment pour l’art contemporain. J’apprécie aussi beaucoup les grands vins, les restaurants…

4. Et par contre, quels sont les produits, les activités, les loisirs… pour lesquels vous ne donneriez pas un euro?

Je ne donne pas un euro à tout ce qui pourrait faire du tort à autrui et à la planète.

5. Quel est le pire achat que vous ayez fait?

Rien de grave, mais j’ai fait des erreurs comme tout le monde surtout dans des achats à distance. Par exemple, une chambre d’hôtel pour mon épouse et moi-même, louée sur internet et qui ne faisait en réalité que 12m² !

6. Quel conseil donneriez-vous à un jeune qui démarre une activité professionnelle?

Profiter de cette chance extraordinaire qu’est notre planète, être connecté, bouger, échanger avec d’autres cultures…

7. Vous classez-vous dans la catégorie des consommateurs avertis, qui comparent et s’informent, où êtes-vous plutôt dans celle des acheteurs impulsifs?

"Je suis un acheteur impulsif, guidé par mes émotions mais aussi mon intuition."
Pierre Marcolini
Chocolatier

Je suis un acheteur impulsif, guidé par mes émotions mais aussi mon intuition.

8. Que faites-vous, comment réagissez-vous, si vous devenez du jour au lendemain millionnaire?

Je réaliserai mes rêves qui sont liés à mon environnement professionnel… des projets que je pourrais alors mettre en place immédiatement.

9. Pour acheter les fèves de cacao, vous voyagez dans des pays pauvres. Estimez-vous effectuer vos achats à un "juste prix"?

Oui bien sûr, c’est mon credo, on paye cinq fois plus cher la tonne de cacao que la moyenne du marché soit entre 5 000 et 7 000$ la tonne voir jusqu’à 14 000$ la tonne pour les fèves de criollo venant d’un exceptionnel terroir situé en pleine jungle vénézuélienne par exemple, et ceci directement au planteur. Habituellement, le planteur ne reçoit que 1 500$ après tous les intermédiaires, ce qui n’est pas le cas avec nous. Notre démarche est une démarche éthique car nous garantissons la viabilité des plantations de cacao et nous préservons les cacaoyers anciens. Ce sont tous ces éléments qui justifient notre prix de vente.

10. Quelle est la meilleure leçon que vous ayez apprise en matière d’argent?

L’argent n’est pas une fin en soi mais un moyen de vivre et de réaliser ses rêves.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés