Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Les 3 pièges d'un compte en devise étrangère

Vu la faiblesse de l'euro, de plus en plus d'investisseurs optent pour un compte d'épargne ou à terme en monnaie étrangère. Avantages attendus: un bénéfice sur le taux de change et un revenu d'intérêts plus élevé. Mais les comptes en devise étrangère présentent aussi des désavantages...

(mon argent) - Le potentiel de gain de change n’est pas le seul motif qui peut pousser à prendre un compte dans une monnaie autre que l’euro. Les taux d’intérêt plus élevés qu’offrent certaines devises sont également alléchants. Mais attention: ce n’est pas parce que l’euro perd sensiblement du terrain par rapport à d’autres devises que celles-ci offrent nécessairement un revenu d’intérêts supérieur. Aux États-Unis, au Japon ou en Suisse, le taux à court terme est moins élevé que dans la zone euro.

Or, c’est sur la base de ce taux qu’est définie la rémunération des comptes, en euro et autres monnaies. Si on veut obtenir un rendement nettement plus élevé pour son compte en monnaie étrangère que pour un compte en euro, on optera pour le dollar australien, le dollar néo-zélandais, le zloty polonais, le forint hongrois ou la lire turque.

Les épargnants qui ouvrent aujourd'hui un compte d'épargne en devise étrangère devraient être attentifs aux 3 critères suivants:

1. Frais

Dès lors qu’on ouvre un compte en monnaie étrangère, on convertit ses euros dans cette devise. La banque facturera des frais pour cette opération de change. Mais ces frais ne sont pas directement visibles pour l’épargnant-investisseur. Ils sont en effet intégrés dans le cours auquel la banque achète elle-même les devises étrangères avant de vous les revendre. Si, pour ouvrir votre compte à terme, vous déposez vos devises étrangères en liquide, les frais de change seront en outre plus élevés que pour une opération scripturale.

Et si vous souhaitez clôturer votre compte en monnaie étrangère et en ouvrir un autre dans une autre devise, vous ferez bien d’avertir votre banquier à l’avance et d’insister pour qu’il applique ce qu’on appelle un "taux de change croisé". A défaut, la première devise sera convertie en euro, pour être ensuite convertie dans la nouvelle devise choisie, et vos frais de change doubleront.

En principe, vous ne payez pas d’autres frais pour un compte en monnaie étrangère. Il est néanmoins conseillé de se procurer auprès de sa banque les conditions générales applicables à l’ouverture et à la clôture d’un compte en monnaie étrangère.

2. Avantage fiscal

L’avantage fiscal dont vous bénéficiez pour un compte d’épargne en euro ne s’applique pas à un compte dans une autre devise. Pour un compte d’épargne en USD, JPY, etc., vous serez ainsi redevable de 15% de précompte mobilier dès les premiers intérêts perçus. Si vous avez un compte d’épargne en euro, vous ne payerez pas, cette année, de précompte mobilier sur la première tranche de 1.730 euros d’intérêts. Sur le surplus d’intérêts, la banque retiendra 15% de précompte.

Dans le cas des comptes à terme, les conditions fiscales sont identiques, qu’ils soient en euro ou dans une autre monnaie: vous payerez 15% de précompte mobilier sur les intérêts et il n’y a pas d’exonération d’impôt.

3. Protection

Vos comptes en euro ne sont pas les seuls à être garantis par le "fonds de garantie". C’est aussi le cas des comptes dans certaines devises étrangères. Le fonds de garantie est un fonds de protection auquel les banques versent une cotisation. En cas de faillite de votre banque, vous pouvez réclamer le remboursement de maximum 100.000 euros pour tous vos avoirs sur les comptes à vue, comptes d’épargne et comptes à terme dont vous êtes titulaire auprès de votre banque. Cette indemnisation vaut aussi pour les comptes en monnaie étrangère si le pays émetteur fait partie de l’Union européenne (UE). Autrement dit, vous bénéficiez également d’une protection sur vos dépôts, pour une contre-valeur de 100.000 euros, en couronne suédoise, couronne danoise, livre britannique ou couronne tchèque, par exemple. Ce régime de garantie s’applique de même aux monnaies de deux pays européens qui font "juste" partie de  l’Espace Économique Européen: l’Islande et la Norvège. Pour les comptes en dollar, yen ou dollar australien, vous ne bénéficiez pas de protection en cas de faillite de votre banque.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés