mon argent

Combien coûtent 30 minutes de mobilité douce?

©Olivier Polet

Les "Villo!" ne sont plus la seule alternative de mobilité douce en libre-service à Bruxelles. Il y a désormais d’autres types de vélos (électriques ou non) mais aussi des trottinettes et des scooters électriques partagés.

Douze millions! C’est le nombre de trajets réalisés par les Villo! bruxellois depuis leur lancement (le 16 mai 2009). "Cela fait plus de 52 millions de km parcourus via les vélos en libre-service, ce qui équivaut à faire 1.300 fois le tour de la terre", d’après JCDecaux.

"Présents dans les 19 communes de la Région de Bruxelles-Capitale et répartis de manière homogène sur le territoire bruxellois, les vélos en libre-service se révèlent donc être un moyen d’améliorer la qualité de vie en ville, d’optimiser les déplacements multimodaux et ce, en parfaite adéquation avec les préoccupations environnementales et de santé publique actuelles."

©Photo News

Ce service est disponible via un abonnement d’un an (34,70 euros ou 33,70 euros via une carte Mobib) et via un pass d’un jour (1,60 euro) ou de 7 jours (8,20 euro). Dans tous les cas, les 30 première minutes d’utilisation sont gratuites. La demi-heure supplémentaire est facturée 50 cents.

Y a-t-il des alternatives moins chères, moins lourdes ou plus rapides ?

1. oBike

Cette flotte de 500 vélos oranges et gris est disséminée à travers la capitale (et à travers d’autres grandes villes dans le monde comme Londres, Zurich, Munich, Singapour et Melbourne). Une app permet de les trouver et de les déverrouiller.

En pratique, un oBike peut être réservé pour 15 minutes. Quand vous êtes à côté du vélo, il suffit de scanner son code QR à l’aide de l’appli oBike et le cadenas se déverrouillera automatiquement.

Lorsque votre utilisation du vélo est terminée, vous pouvez le laisser n’importe où dans la ville, à condition de le stationner de manière légale. Dès que le vélo est cadenassé, l’appli effectue automatiquement le paiement.

©Dieter Telemans

La demi-heure d’utilisation coûte un euro. Toutefois, pour les utilisateurs plus réguliers, il existe des formules d’abonnement qui vont de 29,90 euros à 79,90 euros en fonction de la durée choisie (1 à 12 mois).

Attention, avant de pouvoir utiliser ces vélos, il faudra verser une caution de 49 euros (récupérable gratuitement).

2. Blue Bike

Ces vélos bleus sont disponibles 24h/24 (via un distributeur de clés) dans plus de 50 gares (et à ramener au point de départ). Pour les utiliser, il faut au préalable souscrire un abonnement de 12 euros/an. L’utilisation revient ensuite à 3,15 euros/24h (ou 1,15 euros à Anvers). Elle est gratuite à Hasselt.

©BELGA

Notez qu'un abonnement permet de louer deux vélos à la fois.

3. Billy Bike

Comme les oBike, ces 150 vélos électriques (d’une autonomie de 50 km) ne doivent pas être ramenés au point de départ. Par contre, quand vous terminez votre location, ils doivent être déposés et attachés (à un arbre ou à un poteau) dans une zone déterminée à Bruxelles qui s’étend sur les communes de Bruxelles-ville, Etterbeek, Saint-Gilles et Ixelles.

D’ici la fin de l’année, notre flotte devrait doubler et passer à 300 vélos à Bruxelles.
l'un des fondateurs de Billy Bike
Pierre de Schaetzen

Ici aussi, un smartphone est nécessaire pour déverrouiller le cadenas du vélo. Par contre, leur utilisation ne nécessite pas de frais d’inscription. Le tarif est de 15 cents/minute avec un maximum de 5 euros/heure ou 25 euros/24h. 

Attention, chaque fois que la batterie d’un vélo passe sous la barre des 20% d’autonomie, celui-ci n’est alors plus disponible à la location, le temps qu’elle soit changée.

4. Troty

Cette start-up met à disposition des trottinettes électriques partagées à Bruxelles depuis l'été. Le succès est grandissant. Rien qu'à Bruxelles, on compte 3.500 inscrits pour une trentaine de trottinettes. Mais bientôt, il y en aura 60 en circulation.

"Pour le moment, la zone de location est limitée de la place Flagey au quartier Schuman et jusqu’à la Grand-Place, sur les communes d’Ixelles, d’Etterbeek et de Bruxelles-Ville, selon Jean-Paul de Ville, son  fondateur. On va étendre cette zone du Cinquantenaire jusqu'à Montgomery en passant par le boulevard Saint-Michel."

©Kristof Vadino

Le principe est assez similaire à celui d’oBike ou Billy Bike. "Vous téléchargez gratuitement l'application Troty sur votre smartphone", poursuit Jean-Paul de Ville. "Vous repérez une trottinette, vous la débloquez avec l'application grâce à un code et c'est parti. Vous payez avec votre carte Visa. 1 euro pour le démarrage puis 0,15 centimes par minute."

La trottinette est ensuite garée, là où vous le voulez. "Toujours dans la zone, bien entendu. Le soir, nous les récoltons une par une. On les ramène dans un hangar, équipé de panneaux photovoltaïques pour les recharger la nuit."

5. Scooty

Comme pour les trottinettes électriques, ces scooters électriques (équipés de 2 casque) n’ont pas de parking spécifique et peuvent être garés dans des zones dédiées. Le smartphone est la clé. L’inscription à ce service n’est que de 2,99 euros actuellement (contre 25 euros). Ce prix comprend 20 minutes gratuites. L’utilisation revient ensuite à 25 cents/minute.

©Mediafin


Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content