Le Bel 20 atteint de nouveaux sommets, à 4577,96 points

(l'echo) Après avoir ouvert en très léger recul ce mardi matin, la Bourse de Bruxelles est rapidement repartie dans le vert dans le sillage des Bourses européennes.

A 13h00, le Bel 20 affichait ainsi une progression 0,53% à 4577,96 points, évoluant depuis la fin de la matinée au-dessus de son record de clôture de mercredi dernier (4558,50 points) et de son précédent sommet en séance.

Du côté des valeurs, 13 composants de l'indice bruxellois étaient en hausse, alors que 6 restaient dans le rouge. Umicore se démarquait en affichant une progression de 1,49% à 139,95 euros, talonné par Inbev (1,27%), Cofinimmo (1,12%) et Dexia (1,06%). A l'opposé, UCB était en baisse de 0,74% à 42,87 euros.

BOURSES EUROPEENNES

Après un week-end prolongé, les places européennes s'affichaient en hausse légère ce mardi, à la fois soutenues par une nouvelle vague d'opérations de fusion et freinées par la faiblesse du dollar.

Vers 13h00, Amsterdam prenait 0,85%, Londres 0,40%, Francfort 0,67% et Paris 0,27%.

TOKYO

L'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a terminé la séance de mardi en baisse de 0,45%, les investisseurs ayant saisi le prétexte d'une stagnation à Wall Street pour empocher des bénéfices après la forte hausse du marché nippon la veille, selon des opérateurs. Le Nikkei 225, moyenne non pondérée des 225 valeurs vedettes, a ainsi perdu 79,07 points à 17.664,69 points. L'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a pour sa part terminé sur un repli de 2,41 points (-0,14%) à 1.735,69 points.

WALL STREET

Pour rappel, le marché de l'emploi a fait preuve d'une santé inattendue en mars aux Etats-Unis, ce qui rassure sur la résistance de l'économie aux problèmes de l'immobilier mais repousse les perspectives d'une baisse des taux directeurs. L'économie américaine a créé 180.000 emplois en mars, une surprise pour les analystes qui tablaient sur 135.000 embauches seulement. De plus, les chiffres des mois précédents ont été révisés en nette hausse, pour faire ressortir 113.000 embauches en février (au lieu de 97.000) et 162.000 en janvier (au lieu de 146.000).

Malgré ces bonnes statistiques, l'indice Dow Jones a terminé quasi plane à 12.569 points, en hausse de 0,07%. Au Nasdaq, l'indice Composite a fini en très légère baisse (-0,09%) à 2.469 points.

STATISTIQUES

- L'excédent commercial de l'Allemagne s'est élevé en février à 14,2 milliards d'euros contre 16,2 milliards d'euros en janvier, soit une baisse plus prononcée que prévu, selon les données provisoires publiées mardi par l'Office fédéral des statistiques. Les analystes interrogés par l'agence d'informations financières Thomson Financial tablaient sur un excédent en février un peu plus élevé, de 15,5 milliards d'euros. L'excédent des comptes courants de son côté s'est élevé à 8,4 milliards d'euros, après 11,2 milliards (chiffre révisé) en janvier.

- La production industrielle française a enregistré en février un rebond de 1,1% par rapport à janvier, après une baisse de 0,2% (chiffre révisé) le mois précédent, a indiqué mardi l'Insee. La seule production manufacturière (calculée hors énergie et industries agricoles et alimentaires) a progressé de 1,4% en février, après une baisse (révisée) de 0,3% le mois précédent, a précisé l'Institut national de la statistique.

- Le comité de politique monétaire de la Banque du Japon (BoJ) a décidé mardi à l'unanimité de laisser inchangé à 0,50% son principal taux directeur. "La Banque du Japon fera en sorte que le taux d'intérêt au jour le jour reste aux alentours de 0,5%", a indiqué la BoJ dans un bref communiqué. Aucun mouvement de taux n'était attendu par les marchés, alors que les prix à la consommation sont repartis à la baisse en février (-0,1%) en raison de la baisse des cours du pétrole, l'unique facteur qui soutenait jusqu'à présent la hausse des prix à la consommation au Japon. De plus, l'enquête de conjoncture trimestrielle Tankan de la BoJ a révélé une détérioration de la confiance des grandes entreprises manufacturières nippones en mars, pour la première fois en un an.

VALEURS

GALAPAGOS -1,36% à 9,45 euros

Galapagos a annoncé l'émission de 628.058 nouvelles actions, liée à l'acquisition de Inpharmatica et à l'exercice de warrants.

IBT +7% à 7,95 euros

La société biotechnologique belge International Brachytherapy (IBt) a levé le dernier obstacle à la commercialisation de ses produits phares en France. Le spécialiste des implants utilisés pour le traitement du cancer de la prostate a obtenu le l'octroi de remboursement par le système de santé français.

INBEV +1,27% à 55,04 euros

- Le brasseur belgo-brésilien InBev est une des rares valeurs à dépasser une progression de 1% ce matin. En cause, la rumeur véhiculée par le Sunday Express: SABMiller préparerait une offre sur Scottish and Newcastle.

Il y a quelques semaines, c'était avec Heineken que le marché semblait vouloir marier Scottish and Newcastle.

- Une fusion entre SABMiller et Scottish and Newcastle donnerait naissance au premier groupe brassicole mondial en terme de volume. Ce qui pourrait accroître la pression sur InBev pour convoler à son tour... Rappelons à ce sujet les informations de presse qui, il y a quelques mois, voyaient le géant belgo-brésilien unir son destin à celui de l'Américain Anheuser-Busch.

Vincent Georis

(c) L'Echo (tel: +32 2 423 17 67; fax: 32 2 4231610; mail: cnd@mediafin.be)

Publicité
Publicité

Echo Connect