Enercoop change de mains et peut envisager son avenir

La coopérative énergétique Enercoop est reprise par la fédération Rescoop. La mission des administrateurs provisoires s’achève. Un nouveau conseil d’administration va être désigné.

Enercoop, la coopérative énergétique active dans le secteur éolien est sauvée. Réunis en assemblée générale extraordinaire, ses coopérateurs ont voté la continuité des activités et ont opté pour un repreneur. L’heureux élu n’est autre que Rescoop, la Fédération des associations et coopératives de citoyens pour l’énergie renouvelable en Belgique. Créée dans le courant de l’été 2015, Enercoop avait l’ambition de devenir un acteur incontournable en Wallonie et à Bruxelles, avec l’intention de convaincre 10.000 coopérateurs et de lever 15 millions d’euros. Derrière ce projet, on retrouvait, entre autres, Jean-François Mitsch, actif dans la politique locale à Genappe et cumulant des expériences de projets coopératifs dans le renouvelable, et Bernard Delville, que l’on retrouvait derrière le projet "l’éolienne des enfants" à Houyet. Au final, des divergences de vue ont torpillé le projet d’Enercoop qui aura réussi à intéresser un petit millier de coopérateurs, ces derniers ayant amené près de 800.000 euros dans l’aventure.

Ramener la sérénité

Face au blocage causé par les divergences de vue, Bernard Delville avait intenté une action en justice afin d’obtenir la désignation d’un administrateur provisoire. Le tribunal de l’entreprise de Nivelles avait décidé de nommer un réviseur, à charge pour celui-ci d’approuver les comptes 2017. Après un audit des comptes et la mise au jour de différentes irrégularités, la nécessité de faire désigner des administrateurs provisoires s’était fait sentir. Voilà comment Nicholas Ouchinsky et Alec Maréchal étaient entrés dans la danse.

Ces deux administrateurs ont eu fort à faire pour ramener un peu de quiétude dans ce dossier sulfureux teinté de règlements de compte politiques. "Dans un premier temps, nous avons régularisé les comptes en fonction des remarques du réviseur, nous avons recouvré différents montants et nous avons renégocié des contrats de façon à avoir une entreprise capable d’assurer sa survie", nous ont expliqué Nicholas Ouchinsky et Alec Maréchal. Avec des fonds propres inférieurs à la moitié du capital, la coopérative était financièrement mal en point.

Organisée à la fin du mois de décembre 2018, la première assemblée générale a été assez houleuse. In fine, les coopérateurs ont approuvé les comptes 2017, mais ils ont refusé d’accorder la décharge à tous les administrateurs qui, entre-temps, avaient démissionné. C’est dans ce contexte financièrement délicat et sur fond de bagarres à relents politiques que les deux administrateurs provisoires ont convoqué une assemblée générale extraordinaire avec deux points à l’ordre du jour: prononcer la dissolution ou la continuité, et choisir entre deux candidats repreneurs sélectionnés par Nicholas Ouchinsky et Alec Maréchal. N’ayant pas atteint le quorum nécessaire, la première assemblée prévue le 15 mars a dû être reportée. La deuxième tentative sera la bonne. Le 26 avril, les coopérateurs ont majoritairement voté pour la continuité des activités. Ce faisant, ils ont également décidé de confier les clés d’Enercoop à Rescoop, la Fédération des associations et coopératives de citoyens pour l’énergie renouvelable en Belgique. L’autre candidat repreneur était la fondation Kids & Wind, présidée par Bernard Delville.

Rescoop a promis de recomposer les statuts d’Enercoop, de poser de nouvelles règles de bonne gouvernance et de collaborer avec les partenaires qui le souhaiteraient. Au cours des prochaines semaines, un nouveau conseil d’administration sera composé. Lors d’un appel à candidats lancé auprès des coopérateurs, sept personnes ont fait part de leur intérêt pour y siéger. Nul doute que Rescoop y placera également des administrateurs. Affaire à suivre.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect