Logo
Partner Content offre aux entreprises, organisations et organismes publics l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Le ralentissement conjoncturel se confirme

A gauche : Christofer Govaerts - Senior strategist Banque Nagelmackers A droite : Olivier Colsoul - Senior economist Banque Nagelmackers ©Nagelmackers

Outlook H1 2019

Quelles opportunités voyez-vous ?

Malgré des valorisations nettement plus fermes pour les actions de croissance fin de l’année passée, 2018 n’a pas permis aux actions " value " de résorber leur retard en termes de rendement, notamment en ce qui concerne les États-Unis. Actuellement, le consensus table sur un ralentissement de la croissance économique, un environnement dans lequel les actions " value " devraient mieux se comporter. Mais " value " n’est pas forcément synonyme d’une " approche défensive ". … L’univers " value " comprend également certaines valeurs cycliques. Dans pareil contexte, les petites et moyennes capitalisations pourraient également être impactées.

When everybody is thinking alike, then clearly somebody isn’t thinking. 
General George S Patton

Marchés émergents : où voyez-vous les meilleures opportunités ?

À l’inverse du consensus général, 2018 a été une année extrêmement difficile pour les marchés en croissance. Cet automne, le calme est revenu progressivement. Dans l’univers des marchés émergents, la correction baissière récente des prix des matières premières est une bénédiction pour certains mais une malédiction pour d’autres. La correction considérable subie par une série de devises ouvre la porte aux opportunités, les primes de risque étant devenues plus attrayantes. Mais comme l’histoire l’a souvent montré – et 2018 ne fait pas exception – le climat à l’égard des marchés émergents dépend surtout de facteurs politiques internes, de la croissance chinoise et des caprices du dollar américain. Le moment n’est pas encore venu de s’engager mais ce pourrait être le cas dans les prochains mois si le ciel se dégage, le dollar amorce un affaiblissement et les risques géopolitiques (p. ex. la guerre commerciale) s’atténuent.

Remontée des taux : comment l’aborder ?

En Europe, les taux d’intérêt sont encore très bas et, compte tenu du fort ralentissement conjoncturel, la hausse risque de se faire attendre. S’il n’y a donc pas de fortes craintes à avoir, le faible rendement nous incite à privilégier pour partie le cash et les bons du Trésor américain de courte maturité offrant près de 3% de rendement. Globalement, nous pensons que l’essentiel de la hausse des taux d’intérêt américains est derrière nous. Il subsiste un risque de change mais nous ne croyons pas à une remontée de l’euro à court terme. La dette souveraine italienne pourrait constituer une opportunité d’achat en fonction de l’évolution du dossier.

Accumulez un peu de cash en attendant que l’horizon s’éclaircisse ou que de meilleures opportunités d’achat se présentent en 2019.
Olivier Colsoul
Senior economist Banque Nagelmackers

Logo
Partner Content offre aux entreprises, organisations et organismes publics l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.