Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

La prudence reste de mise dans cette phase de fin de cycle

Marc Danneels, chief investment officer, Beobank

Beobank

Ces derniers mois, on a attendu avec impatience de voir ce qui allait se passer dans le monde bancaire. La banque en difficulté Credit Suisse a été renflouée in extremis par UBS. Et JP Morgan a repris la First Republic en difficulté. La "crise bancaire" est-elle pour autant derrière nous ? 

Les petites et moyennes banques régionales américaines ont encore des défis à relever : après la politique agressive de la Fed en matière de taux d'intérêt au cours de l'année écoulée, la valeur de marché de leurs actifs est sous pression pour beaucoup d'entre elles. De plus, comme les législateurs américains ont assoupli une partie de la loi Dodd-Frank pour ces banques en 2018, leurs actifs sont souvent insuffisamment couverts contre le risque des taux d'intérêt. En outre, ces banques restent vulnérables à un ‘bank run’ si les clients perdent confiance. Cependant, nous ne voyons pas de risque de contagion comme dans le scénario de 2008.

Les autorités américaines interviennent rapidement et efficacement et les grandes banques systémiques aux États-Unis, et certainement les banques "européennes", sont fortement réglementées et capitalisées. Cependant, il est clair que cela pourrait encore contribuer à un resserrement des conditions de crédit. Dans le cas des États-Unis, cela pourrait continuer à avoir un impact restrictif sur l'économie réelle.    

La Banque centrale européenne (BCE) a ralenti le rythme de ses hausses de taux, mais a également déclaré que les taux d'intérêt devraient encore augmenter. Qu'est-ce que cela signifie pour l'environnement d'investissement ? 

L'inflation de base restant forte et la hausse des salaires s'accélérant dans la zone euro, la BCE devrait procéder à deux nouvelles hausses de taux avant de marquer une pause. Dans ce contexte de décalage monétaire cyclique par rapport aux États-Unis, de faible croissance économique mondiale et de prévisions de bénéfices des entreprises que nous surestimons encore, nous devrions positionner les actions "européennes" avec prudence.

"Dans cet environnement de fin de cycle, tant monétaire qu'économique, nous préférons à nouveau les valeurs de croissance défensives"

Marc Danneels
Chief investment officer, Beobank

Dans cet environnement, nous privilégions à nouveau les valeurs de croissance défensives telles que les soins de santé et les biens de consommation de base, plutôt que les valeurs cycliques et les actions ‘value’, ces dernières ayant surperformé depuis le quatrième trimestre 2022. En ce qui concerne les obligations d'État, nous augmentons leurs durées, principalement aux États-Unis, étant donné que la Fed est proche d'une rupture de taux, ce qui n'est pas encore le cas de la BCE. 

Lire également
Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.