Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Les données ne livrent pas facilement leurs secrets

Pieter Dubois et Tom Wybaillie, architectes d’entreprise chez XPLUS Consulting ©Marco Mertens

Les organisations disposent de montagnes de données mais ne les exploitent pas dans l’élaboration de leur stratégie. Une analyse data-driven de leur architecture informatique offre pourtant des solutions intéressantes. Elle rend les entreprises plus efficaces, les aide par conséquent à réaliser des économies et pose ainsi les bases pour de meilleures décisions.

Pourquoi tant de données demeurent-elles inexploitées? “Parce que les entreprises ne s’y retrouvent plus, n’en conçoivent pas les avantages réalisables, ne disposent pas de l’infrastructure adéquate ou parce que la qualité des données est insuffisante”, énumère Pieter Dubois, partner et architecte d’entreprise chez XPLUS Consulting.

La firme, spécialiste de l’architecture d’entreprise et de la transformation numérique, conseille la data-driven architecture comme solution à ces problématiques. “Nous regardons comment les entreprises emploient leurs logiciels et leurs applications, nous analysons les données transactionnelles, fonctionnelles et organisationnelles, nous identifions les inefficacités et nous proposons des améliorations.”

Data driven architecture montre où une entreprise peut travailler plus efficacement
Tom Wybaillie
architecte d’entreprise chez XPLUS Consulting

Silos

Cette approche profite à la compétitivité des entreprises et représente une étape importante dans la transformation numérique. “L’analyse pragmatique des données que nous exécutons chez des clients, par exemple dans le monde bancaire et les secteurs de l’énergie et manufacturier, aide à prendre des décisions qui amènent à un fonctionnement plus ciblé, des processus plus efficaces et des changements organisationnels”, détaille Pieter Dubois. “Il en résulte une baisse significative des frais généraux.”

L’enterprise architect remarque au passage que les entreprises ont souvent tendance à accumuler les applications logicielles et les processus. “Les fusions et réorganisations sont généralement en cause. Au lieu d’exploiter cette dynamique de manière holistique, les organisations et les systèmes s’écartent davantage, puis cherchent à compenser en ajoutant encore des systèmes.”

Impact

Il en résulte une profusion de logiciels qui fait perdre un temps considérable. “Lorsqu’on a besoin de dix systèmes pour conclure un achat ou servir un client, ce n’est pas efficace”, résume Pieter Dubois. “Or, l’impact d’un système inefficace s’accroît de manière exponentielle quand il est utilisé par des centaines voire des milliers de travailleurs.”

L’impact d’un système inefficace s’accroît de manière exponentielle quand il est utilisé par des centaines voire des milliers de travailleurs
Pieter Dubois
partner et architecte d’entreprise chez XPLUS Consulting

En analysant la situation par-delà les frontières des départements, l’architecture dirigée par les données contribue à façonner une vision stratégique de long terme. “Notre méthode montre où une entreprise peut travailler plus efficacement”, tranche Tom Wybaillie, architecte d’entreprise chez XPLUS Consulting. “Sabrer dans l'organisation pour réaliser 20% d’économies sur les coûts est une solution de court terme. Certes, l’entreprise réduit ses frais de personnel, mais elle reste confrontée aux mêmes structures et processus inefficaces, simplement poursuivis avec moins de travailleurs.”

Vision

“Pour économiser, les entreprises doivent d’abord investir dans une reconfiguration”, conclut Pieter Dubois. “Il n’est pas toujours facile de les en convaincre. Mais une fois que la prise de conscience a eu lieu, l’entreprise peut adopter une vision à long terme durable. L’investissement dans une architecture fondée sur les données se rentabilise à chaque utilisation d’une application et à chaque intervention humaine, pendant des années.”

Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.