Les pépites belges qui transforment les données en or

SoPRISM ©DENIS CLOSON

La Belgique possède un savoir faire dans l’analyse et la gestion des données reconnu mondialement. Cette expertise a permis de faire naître des succès commerciaux de premier plan. Tour d’horizon des pépites "Made in Belgium".

SoPRISM, le profiling d’audience grâce aux réseaux sociaux

On ne croise pas tous les jours une start-up louviéroise active dans la commercialisation des données. Encore que dans le cas de SoPRISM, c’est l’intelligence qu’ils mettent dans l’analyse des données récoltées qui est primordiale et qui en a fait une pépite du secteur. Créée en 2013 par deux entrepreneurs louviérois, Jonathann Mingoia et Angelo Geraci, la start-up a convaincu les plus grand groupes de l’utiliser comme outil marketing.

THE AGE OF DATA

Les réseaux invisibles derrière vos données personnelles. Découvrez notre dossier >

 

SoPRISM propose une solution de profilage d’audiences basée sur les données collectées via les réseaux sociaux, principalement Facebook et Instagram. La start-up, basée à La Louvière, est aussi capable de géolocaliser avec précision (jusqu’au niveau communal) les personnes qui ont un intérêt pour un produit ou une marque déterminés, générer automatiquement les segments à cibler dans les campagnes publicitaires ou encore définir les traits de personnalité d’une audience. Le tout est matérialisé sur une plateforme qui permet de comparer les audiences générées avec des audiences concurrentes. Un outil qui intéresse particulièrement les grands annonceurs et les agences médias.

SoPRISM est active sur 12 marchés dont les principaux marchés européens et les Etats-Unis. Elle a reçu le soutien du fonds d’investissement BelCube, via Jean Zurstrassen et Grégoire de Streel (ex-fondateurs de Skynet) ainsi que par Harold Mechelynck (ex-Ogone). Après avoir connu des mois plus difficiles suites aux différents scandales liés à Facebook, les deux fondateurs ont redressé la barre en faisant évoluer leur solution.

Collibra, la licorne qui rend les données intelligentes

Collibra ©Collibra

La pépite par excellence. Devenue une licorne en début d’année, l’ancienne spin-off de la VUB fait aujourd’hui figure d’exemple pour tout un écosystème. Collibra s’est positionnée sur un segment très concurrentiel. La scale-up s’était fixé comme objectif de valoriser les données. Concrètement, Collibra assemble les données qui ont de la pertinence à l’être. Elle les rassemble, les croise et les isole pour leur donner de la valeur en fonction des résultats.

Avec son puits de données, l’entreprise basée à Bruxelles et New-York est un portail d’accès permettant aux data analystes et autres data scientists de disposer d’un catalogue qui "donne du sens aux données". Au-delà de sa plateforme, Collibra propose différentes solutions liées à la "Data Governance" ou au RGPD. Son patron et fondateur Félix van de Maele prévoit un chiffre d’affaires de 100 millions en 2019 et estime pouvoir le doubler dans les deux prochaines années. Pour y arriver, il peut compter sur les fonds de CapitalG, le fonds d’investissement d’Alphabet, la maison mère de Google.

I-care, l’antithèse du coup de la panne

I-Care ©Kristof Vadino

En quelques années, la pépite montoise est devenue leader de la maintenance prédictive en Belgique et en Europe. La société affiche une croissance insolente depuis 15 ans. Débutée avec 2 personnes, elle compte aujourd’hui plus de 350 collaborateurs et une présence aux 4 coins du monde. Concentrée sur le secteur industriel, I-Care a fait de la maintenance prédictive un business rentable.

Avec ses capteurs, elle peut prédire les futures pannes de n’importe quelle machine sous sa surveillance. La société propose des équipements de mesure, un logiciel de traitement et d’analyse des données récoltées et une expertise humaine.

Avec plus de 6.000 capteurs installés dans le monde, la société montoise récolte une masse imposante de données qui permet de nourrir en savoir son système d’analyse et de prédiction.

Début 2019, I-care a signé le plus gros contrat de son histoire. Elle est désormais responsable de la surveillance des machines de plus de 50 centrales électriques, nucléaires et au charbon.

Amoobi, le big brother du retail

Olivier Delangre, CEO d'Amoobi ©Frank Toussaint

Lorsque l’on fait ses courses, on se sait observé. On sait pertinemment que quelqu’un regarde les caméras de surveillance et veille à la sécurité du magasin. Ce que l’on sait moins, c’est que le trajet que nous effectuons dans un magasin et notre comportement d’achat est aussi observé. C’est une start-up belge basée à Nivelles qui a développé cette technologie qui est maintenant utilisée par les plus grandes chaînes de la grande distribution au niveau mondial comme Tesco, Walmart, Ikea, Carrefour, etc.

Amoobi a connu un succès fulgurant au cours des dernières années avec comme point d’orgue l’ouverture d’une filiale aux Etats-Unis en 2018. L’entreprise fondée par Olivier Delangre, Fabrice Gosselin et Laurent Dossin ne se contente pas de récolter les données (anonymement), elle analyse les comportements d’achats des consommateurs et fournit aux géants du retail et aux fabricants des rapports issus des données récoltées en magasin. Amoobi a réalisé un chiffre d’affaires d’un million d’euros l’année dernière, un montant qui devrait sensiblement augmenter dans les prochaines années tant son potentiel est énorme.

Riaktr, l’outil indispensable de l’opérateur Télécom

Riaktr ©Kristof Vadino

Encore considéré comme une start-up, Riaktr a choisi le secteur des télécoms pour faire parler son expertise dans le domaine de la donnée. L’entreprise est dans son secteur l’une des start-ups européennes à la croissance la plus rapide. En moyenne, chaque année depuis son lancement en 2009, elle a plus que doublé ses revenus et la taille de ses effectifs.

Riaktr a fait son succès en se spécialisant sur les données générées par les opérateurs Telecom. Son créneau? Optimiser les investissements des opérateurs et les aiguiller grâce à l’analyse des énormes flux de données générés dans le secteur. Pour aider ses clients comme Proximus, Riaktr analyse les potentiels de revenus et de coûts pour chaque technologie et implantation. La start-up a aussi développé son activité dans les pays émergents en développant une solution pour monitorer et mieux gérer la distribution et le volet commercial des opérateurs télécoms locaux.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect