"Casse-toi riche con!": accord entre Bernard Arnault et Libé

Un accord a été trouvé entre l'homme d'affaires français et le quotidien. Le procès n'aura pas lieu.

L'homme le plus riche de France, Bernard Arnault, qui avait sollicité la nationalité belge, a renoncé à poursuivre le quotidien Libération pour avoir titré "Casse-toi riche con!", a appris lundi l'AFP de source judiciaire.

"Il y a un accord", a confirmé Me Yves Baudelot, avocat de M. Arnault, PDG du groupe de luxe LVMH. Le procès en correctionnelle devait initialement se tenir le 4 octobre.

Le patron du groupe français avait attaqué le quotidien pour injure publique, dénonçant "l'extrême vulgarité et la violence du titre du quotidien en date du 10 septembre 2012", qui faisait référence à une demande de naturalisation belge déposée par M. Arnault.

La première page de Libération montrait une photo du milliardaire, souriant, valise à la main, accompagnée du titre "Casse-toi riche con!".

Ce titre faisait référence au "Casse-toi pauvre con!" lancé par l'ancien président Nicolas Sarkozy en 2008 à une personne qui refusait de lui serrer la main au Salon de l'agriculture à Paris.

Bernard Arnault avait précisé pendant le week-end suivant "qu'il était et qu'il restait résident fiscal français".

Le lendemain, Libération avait répondu à M. Arnault en détournant en première page une autre phrase attribuée à Nicolas Sarkozy, "Bernard, si tu reviens, on annule tout!". Ce titre reprenait les termes d'un SMS, par la suite démenti, que M. Sarkozy aurait envoyé à Cécilia, son ex-épouse, juste avant d'épouser Carla Bruni - "si tu reviens, j'annule tout".

Début avril, le patron de LVMH a renoncé publiquement à demander la nationalité belge, pour "lever tout équivoque".

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés