Franco Dragone investit dans Marianne Belgique

©BELGA

Le metteur en scène louviérois va injecter 300.000 euros dans ce magazine qui se veut une alternative au monopole du Vif-L'Express... qui l'avait récemment malmené.

Le tour de table de "Marianne Belgique" se précise. Après les frères Benoît (père de projet) et Bernard Remiche, le libraire Marc Filipson (Filigranes) et la famille Leempoel (Ciné Télé Revue), un autre investisseur de poids est désormais connu. Il s’agit de Franco Dragone. Ce dernier va injecter 300.000 euros dans l’édition belge du magazine français qui, pour rappel sera en kiosques le lundi 11 mars après une soirée de lancement vendredi prochain à la Foire du Livre.

L’information circulait sur Twitter. Elle nous a été confirmée par l’ancien banquier, Yves Delacollette, secrétaire général du groupe Dragone qui sera son représentant au conseil d’administration de la société éditrice du magazine. " Je ne confirme ni n’infirme le montant, mais il est exact que Franco Dragone va investir dans ce projet. C’est une démarche citoyenne de sa part visant à soutenir un magazine indépendant ".

D’aucuns penseront que cet investissement signifie une sorte de "vengeance" du metteur en scène louviérois envers "Le Vif L’Express" sur le terrain duquel "Marianne Belgique" viendra brouter. Le new magazine de Roularta l’a en effet récemment malmené via un dossier de couverture. Selon l’hebdomadaire, le metteur en scène louviérois serait suspecté, entre autres, de fraude fiscale et de blanchiment d’argent. Le groupe a chargé ses avocats de porter plainte pour calomnie et diffamation contre le magazine.

Mais le plus piquant, c’est qu’un des journalistes du futur "Marianne Belgique" n’est autre que… l’auteur de l’enquête du "Vif L’Express" sur Dragone, David Leloup, alors journaliste indépendant ! "Franco Dragone a été sollicité par les promoteurs du projet dès son lancement et la décision d’y répondre favorablement a été prise il y a longtemps déjà, réagit Yves Delacollette. Nous étions au courant du recrutement de ce journaliste ; c’est tout à l’honneur de Franco Dragone de ne pas avoir renoncé à cet investissement. "

Franco Dragone ne sera pas un petit actionnaire du magazine. Le plan d’affaires de Marianne Belgique, que nous avons consulté, indique que l’objectif à terme est de réunir au sein de la société éditrice de Marianne Belgique une capital de 1,750 million (dont 250.000 apportés par les fondateurs belges et 50.000 par des petits porteurs réunis dans l’asbl " Les amis de Marianne ").

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés