Denderleeuw - "L'une de mes missions les plus difficiles"

Le déblocage de la situation politique à Denderleeuw fut l'une des missions les plus difficiles de la carrière de gouverneur de Flandre orientale d'André Denys, a confié jeudi ce dernier à la presse.

"Cet accord me réjouit grandement. Ce ne fut pas une chose facile, ce fut même l'une de mes missions les plus difficiles de ces huit dernières années", a expliqué M. Denys.

La N-VA, le CD&V et l'Open Vld/plus ont conclu jeudi un accord sur la répartition des mandats au sein du collège échevinal de Denderleeuw, mettant fin à plusieurs mois de tensions politiques dans cette commune. Le 9 janvier dernier, une coalition composée du CD&V et de la N-VA avait bénéficié du soutien du Vlaams Belang lors de la désignation, par un scrutin à bulletins secrets, du président du conseil communal et des échevins. De nombreuses voix avaient alors dénoncé une rupture du cordon sanitaire autour de l'extrême-droite.

Le bourgmestre Jan De Dier (N-VA) et ses partenaires se sont rendus à midi chez M. Denys, pour lui présenter la nouvelle majorité, désormais élargie à l'Open Vld/plus.

M. Denys, qui sera en retraite à partir de vendredi, s'est impliqué dans la médiation entre les partis à Denderleeuw et s'était fixé l'objectif de faciliter un accord avant de passer le témoin à son successeur.

La coalition disposera d'une courte majorité, avec 13 sièges sur 25 au conseil communal. (PVO)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés