Logo
Echo Connect offre aux entreprises, organisations et organismes publics l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

"J'ai intérêt à verser un montant mensuel fixe sur le compte d'épargne de mon enfant"

©shutterstock

De nombreux parents et grands-parents souhaitent donner un petit coup de pouce financier à leurs enfants ou petits-enfants – pour leur permettre par exemple d’acheter leur voiture ou leur maison par la suite. Un ordre permanent mensuel sur le compte d’épargne est une première option. Ceci étant dit, bien que des taux d’intérêt de plus de 5% (voire 10%) étaient monnaie courante dans les années 80 et 90, la norme est aujourd’hui de 0,11%. Et comme l’inflation fluctue autour de 2% en Belgique, l’épargne perd constamment une partie de sa valeur réelle en cette fin de 2018.

J’ai intérêt à verser un montant mensuel fixe sur le compte d’épargne de mon enfant

Vrai
Faux
V
Vrai
X
Faux

L’investissement en alternative

“Si votre enfant n’a pas de projet immobilier ou autre à court terme, il est plus intéressant d’investir ce montant mensuel”, estime le professeur émérite Roland Van der Elst. “Auparavant, c’était facile: vous donniez chaque mois des actions physiques à votre enfant. Le nom de l’entreprise figurait sur le titre et il suffisait de le conserver en lieu sûr.”

Curieux de savoir combien vous devez mettre de côté pour bénéficier de la pension de vos rêves? Faites le test

 

Ce n’est plus possible. Autre option? Donnez chaque mois un bon d’achat, par exemple pour quelques actions Ahold Delhaize, Bekaert, Smartphoto, Telenet, Barco, Proximus, Bpost, etc. Le choix dépendra de l’âge et bien sûr de la qualité de l’action. “Cela signifie cependant que les parents doivent avoir les actions en portefeuille. Mais c’est aussi une manière d’enseigner aux enfants et aux adolescents qu’il existe des alternatives à l’épargne.”

Vous pouvez leur offrir le dividende chaque année ou, mieux encore, le réinvestir. “Autre aspect intéressant: les adolescents pourront suivre très aisément l’évolution de ‘leurs’ entreprises en ligne. S’ils ont besoin d’argent à un moment donné, il est possible de vendre les actions à partir du portefeuille du papa ou de la maman. Il est naturellement crucial pour les parents d’accompagner les enfants dans ce processus d’apprentissage.”

Un compte-titres distinct?

“Même si ce système peut s’avérer très enrichissant, il est également très lourd”, nuance Roland Van der Elst. “Normalement, une banque n’ouvre pas de compte-titres au nom d’un mineur. Si vous ouvrez un compte-titres distinct, vous êtes confronté au problème des frais. De petits achats impliquent en effet des frais proportionnellement plus élevés. Et ceux-ci ont un impact sur le rendement à long terme.”

Une autre solution consiste à lancer un plan d’investissement périodique. “Généralement, les frais de transaction mensuels sont plus faibles. Vous investissez néanmoins dans un fonds dont vous payez les frais de gestion.”

Et pour une famille recomposée?

Dans une famille recomposée, il faut souvent tâtonner un peu avant de se trouver sur la même longueur d’onde financière. Établir un budget pour le ménage, gérer les comptes, qui reçoit combien d’argent de poche… Pas simple, car vous risquez souvent d’apporter dans votre nouvelle famille les conflits et traumatismes financiers d’une relation précédente. Seule la concertation apportera la clarté indispensable pour prendre de bonnes dispositions et éviter que l’argent reste une question délicate.

Combien épargner ou investir pour chaque enfant? Dans un premier temps, les parents défendent souvent le principe d’égalité. Il faut toutefois évoquer les différences. C’est pourquoi les familles recomposées optent fréquemment pour une répartition qui n’est pas identique pour chaque enfant. Ce n’est pas grave, car même dans des familles classiques, les enfants ne sont pas toujours traités sur un strict pied d’égalité financier – même si les parents pensent donner autant à tout le monde.

Ces informations proviennent de tiers, à savoir le professeur émérite Roland Van der Elst et la professeure Ria Janvier. Leur contribution ne constitue pas un conseil financier individuel de BinckBank. BinckBank décline toute responsabilité à l’égard de ces informations destinées aux investisseurs. Les informations fournies sont de nature générale et ne tiennent pas compte de votre situation financière, de votre tolérance au risque et de vos objectifs d’investissement. BinckBank n’a aucun intérêt dans le contenu de ces informations et les deux professeurs ne perçoivent aucune rémunération de la part de BinckBank pour cet article.

Logo
Echo Connect offre aux entreprises, organisations et organismes publics l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.