Publicité

"Foundation", forcément frustrante

"Foundation".

La série d’Apple tv+, s’attaque à un monument SF avec ambition et parti-pris. Esthétiquement splendide, le récit y perd néanmoins quelques plumes.

Basée sur le "Cycle de Fondation" du géant de la littérature de science-fiction Isaac Asimov, la série "Foundation" propose d’adapter une œuvre notoirement inadaptable, par sa taille, la richesse de son univers et l’architecture de son intrigue.

L’histoire démarre avec Hari Seldon (composé dans la série de tout le flegme grave que peut conférer Jared Harris), et sa théorie controversée qui prédit la chute imminente de la civilisation. Maîtrisant la psychohistoire, une science qui allie projections statistiques et psychologie sociale, Seldon est en effet en mesure de prévoir les bouleversements futurs qui traverseront la galaxie, mais aussi, peut-être, les façons d’en atténuer l’impact.

N’en déplaise aux puristes, "Foundation" a la bonne idée d’assumer ses choix sans chercher à coller au plus près du récit d’Asimov.

En tentant d’adapter ce monstre littéraire, la série d’Apple tv+ (dont les deux premiers épisodes sont désormais disponibles sur la plateforme) ne peut que se résoudre à prendre plusieurs raccourcis et à forcer certaines ellipses, ce qui donne des épisodes denses à la trame parfois déstabilisante. Toutefois, n’en déplaise aux puristes, "Foundation" a la bonne idée d’assumer ses choix sans chercher à coller au plus près du récit d’Asimov. Résolument tape-à-l’œil de la meilleure des façons, "Foundation" installe donc un ton qui lui est propre, soutenu par un budget conséquent et un casting impressionnant.

Bande-annonce "Foundation"

Science-Fiction

"Foundation"

Par David S. Goyer et Josh Friedman

Réalisé en 2021

Apple tv+

Note de L'Echo:

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés