Publicité

Vers une introduction du pass sanitaire en deux temps à Bruxelles?

©James Arthur

Certains bourgmestres doutent que l'on parvienne à instaurer le pass sanitaire au 1er octobre. Une introduction en deux temps est envisageable, leur a répondu le ministre-président lors du conseil régional de sécurité.

Les 19 bourgmestres bruxellois étaient conviés ce mercredi à un conseil régional de sécurité (cores) en présence du ministre-président Rudi Vervoort (PS) et du ministre régional de la Santé Alain Maron (Ecolo). Au programme: le covid safe ticket (CST) qui doit être instauré prochainement en Région bruxelloise où le taux de vaccination reste à la traîne malgré toute une série d'initiatives. Les ministres régionaux souhaitaient entendre leurs avis sur la question de l’application étant donné qu’ils sont proches du terrain. Ces échanges font partie des concertations en cours dans le cadre de la rédaction de l’ordonnance.

Qu'est-il ressorti de la réunion? Notons déjà que l'ensemble des maïeurs bruxellois, toutes formations politiques confondues, restent favorables au pass sanitaire dans certains secteurs. Pour ce qui est du timing, le 1er octobre reste l'objectif, mais certains bourgmestres ont en effet souligné la difficulté de s'en tenir à ce délai alors qu'une ordonnance devra être approuvée, après demande d'avis au Conseil d'État.

Selon un bourgmestre, Rudi Vervoort a avancé la possibilité de travailler en deux temps. Par exemple, en maintenant l'instauration du covid safe ticket au 1er octobre, mais en ne débutant les contrôles qu'à la mi-octobre. "L'objectif serait de donner le signal en espérant que l'annonce fasse effet." La porte-parole du ministre-président confirme que c'est une possibilité s'il n'est pas possible d'avoir adopté tous les textes pour le 1er octobre, mais que rien n'est fixé à ce stade. Bref, le timing devra donc encore être clarifié.

Pour ce qui est des contrôles, il nous revient qu'on se dirige vers un système à la française. Ce sont les zones de police qui seraient donc chargées de contrôler les établissements concernés pour s'assurer que ceux-ci ont bien filtré les clients. La Région a également demandé qu'un référent soit désigné dans chacune des communes pour le pass sanitaire.

Pour mémoire, un accord de coopération autorise les entités qui le souhaitent à avoir recours au CST dans les secteurs suivants: les restaurants et les cafés, les discothèques, les clubs de sport et de fitness, les foires commerciales et les congrès, les structures appartenant au secteur culturel, festif et récréatif et les établissements de soins résidentiels pour personnes vulnérables. Le CST s'appliquera ainsi à toutes les personnes de plus de 16 ans sauf pour les événements de masse, les hôpitaux et les maisons de repos où il sera requis dès 12 ans.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés