Le groupe Detry se scinde en trois entités

En janvier prochain, le groupe charcutier basé à Aubel comptera trois branches distinctes: la production de charcuteries, le commerce de détail et les activités de grossiste.

Une page d’histoire se tourne à Aubel. Après 56 ans d’une croissance régulière, assurée par une diversification de l’offre et par des acquisitions ciblées, le groupe Detry s’est hissé sur le podium des plus gros charcutiers du pays, derrière Ter Beke et Imperial Meat Products.

Mais le groupe tel qu’il est composé aujourd’hui aura bientôt vécu. Il s’apprête en effet à se scinder en trois branches. La décision a été prise le 11 octobre dernier par le conseil d’administration, qui entend ainsi permettre aux trois familles actionnaires de se recentrer sur leurs cœurs d’activité respectifs: la fabrication de charcuterie, le commerce de détail et les activités de grossiste.

14
millions
La réduction de capital de 14 millions d’euros du holding chapeautant les neuf sociétés actuelles du groupe Detry est une première étape de sa scission. Qui devrait être bouclée en mars 2020.

"L’idée, c’est que chacune des familles actionnaires reprenne ses billes pour pouvoir bénéficier d’une plus grande flexibilité et d’une autonomie dans la mise en œuvre des stratégies de chaque activité", explique Xavier Étienne, le CEO du holding qui chapeaute les trois sociétés du groupe.

À partir du 1er janvier, la famille Henri Detry reprendra les activités de production de charcuteries (environ 400 salariés), sous la houlette de Xavier Étienne et Frédéric Detry. Les activités de grossiste en charcuterie, fromages et autres plats préparés (environ 300 travailleurs), rebaptisées Fermette Food Group, seront placées sous la houlette de la famille Depuydt. Enfin, le commerce de détail (80 boucheries et des supermarchés franchisés), qui emploie environ 650 personnes, sera repris par la famille Édouard Detry.

Dissolution par étapes

Le groupe Detry, c’est 271 millions d’euros de chiffre d’affaires pour 1.382 salariés. Les revenus des trois nouvelles entités seront à peu près équivalents. La dissolution du holding se fera par étapes, la première étant une réduction de 14 millions d’euros du capital du holding qui chapeaute les neuf sociétés actuelles du groupe. Suivra la constitution des trois nouvelles sociétés, en janvier prochain. D’ici mars 2020, le holding devrait être dissous. "Rien ne change pour le personnel. La direction reste la même, et les trois entités garderont des relations commerciales étroites", précise Xavier Étienne.

Bien implantée dans le pays de Herve, la société Detry, qui gardera les activités les plus "visibles", continuera de produire ses charcuteries à Aubel et Battice, ses salaisons Bel Ardenne à Bastogne et ses pâtés Polca, exportés à 80%, à Izegem (Flandre occidentale).

La pression de la demande chinoise, qui consomme 50% de la viande de porc produite sur le globe, et la pression sur les prix exercée par un Albert Heijn et par les discounters ont mis le résultat opérationnel dans le rouge. Mais Xavier Étienne ne s’en formalise guère: il table sur un rééquilibrage progressif du marché pour relancer la machine. Et entend poursuivre l’extension de l’entreprise, notamment via des acquisitions.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés