Carlos Ghosn peut sortir de prison contre une caution à 1 milliard de yens

©AFP

L'ex-homme fort de Nissan/Renault est emprisonné au Japon depuis plus de trois mois. Le tribunal de Tokyo vient d'autoriser sa libération sous caution.

Le tribunal du district de Tokyo a accepté ce mardi la demande de libération sous caution effectuée par Carlos Ghosn. L'ancien PDG des constructeurs automobiles Nissan et Renault est détenu depuis son arrestation le 19 novembre dernier au Japon sur des accusations de malversations financières.

Dans un bref message adressé aux médias, le tribunal a précisé avoir posé trois mesures: obligation de résider au Japon, interdiction de quitter le pays même pour un bref séjour et dispositions pour éviter sa fuite et la destruction de preuves.

Le bureau des procureurs de Tokyo a fait appel de cette décision. Un appel qui a été rejeté. 

La libération sous caution de Ghosn a été fixée à un milliard de yens (7,9 millions d'euros environ). Il s'agit de la troisième demande de mise en liberté sous caution effectuée par Ghosn, qui a changé d'avocats le mois dernier et s'était dit prêt par la voix de son conseil à se soumettre à de sévères restrictions, dont la vidéosurveillance et la surveillance de ses communications.

Son avocat, Junichiro Hironaka, avait préalablement indiqué aux médias que compte tenu des horaires des banques, il n'était pas possible de réunir la somme exigée d'un milliard de yens (8 millions d'euros) ce mardi soir à Tokyo, et que la procédure après la décision en appel interviendrait mercredi. Ce qui permettrait à Carlos Ghosn d'être libéré dès ce jeudi, selon BFMTV.

Ghosn s'est dit "innocent" et "résolument déterminé" à se "défendre vigoureusement", après la confirmation au Japon de sa libération sous caution. "Je suis infiniment reconnaissant envers ma famille et mes amis qui m'ont soutenu tout au long de cette terrible épreuve", a-t-il déclaré. "Je tiens également à remercier les associations et les militants des droits de l'homme au Japon et dans le monde entier qui luttent pour le respect de la présomption d'innocence et la garantie d'un procès équitable", a-t-il ajouté.

Carlos Ghosn, en détention à Tokyo depuis son arrestation le 19 novembre, a été inculpé d'abus de confiance aggravé et d'avoir minimisé ses revenus chez Nissan pendant près de dix ans, jusqu'en 2018. Il nie les faits qui lui sont reprochés. 

©REUTERS

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect