Garde à vue prolongée pour Carlos Ghosn

©AFP

Arrêté une nouvelle fois la semaine dernière, un mois à peine après se remise en liberté, Carlos Ghosn devrait rester au moins jusqu'au 22 avril en prison.

A nouveau sous les barreaux, Carlos Ghosn devrait y rester jusqu'au moins le 22 avril. Le tribunal de Tokyo a en effet autorisé la prolongation de sa garde à vue. L'ex-homme fort de l'alliance Renault-Nissan fait face à de nouvelles accusations de malversations financières présumées. Cette prolongation n'est toutefois pas une surprise. Elle était même largement attendue. Selon, la chaîne publique NHK, il est rare qu'une demande d'extension (maximum 10 jours) de la part du procureur soit refusée ou raccourcie.

Lire par ailleurs notre portrait:  "Carole Ghosn, l'épouse combative d'un industriel défait"

Depuis sa réarrestation survenue le 4 avril à son domicile de Tokyo, un mois à peine après sa libération sous caution, Carlos Ghosn se trouve dans la prison de Kosuge (nord de la capitale). Il est régulièrement interrogé par les enquêteurs du bureau des procureurs sur des soupçons de détournements de fonds de Nissan, via un distributeur de véhicules du constructeur à l'étranger. Il s'agit du Sultanat d'Oman, d'après une source proche du dossier.

Sur un total de 15 millions de dollars entre fin 2015 et mi-2018, 5 millions ont été utilisés pour son bénéfice personnel, selon le bureau des procureurs. L'argent aurait notamment servi à l'achat d'un luxueux bateau (12 millions d'euros).

Carlos Ghosn, dont le destin a basculé le 19 novembre quand il a été interpellé à Tokyo, clame son innocence, se disant victime d'un "complot" ourdi par des dirigeants de Nissan.

Une fois la date du 22 avril passée, Ghosn pourra être inculpé et rester en prison dans l'attente de son procès, arrêté de nouveau pour un autre motif, ou encore être relâché sans poursuites.

Son équipe de défense a déposé hier un recours devant la Cour suprême, employé pour la première fois dans cette affaire, pour tenter de le faire libérer. "Il est clair que Monsieur Ghosn ne peut pas détruire de preuves ni s'enfuir, c'est pour cela qu'il avait été libéré sous caution", a plaidé son avocat, Junichiro Hironaka, réfutant les arguments du parquet.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect