Deal à plus d'un milliard en vue pour le géant de l'aluminium Corialis

Corialis est l'un des plus grands producteurs européens de profilés en aluminium pour fenêtres, portes, façades murales, vérandas, etc. ©Image Corialis

Parmi les plus grands producteurs européens de profilés en aluminium, l'entreprise Corialis est à vendre. Un acheteur financier serait le cinquième de ce type en 20 ans.

D'après plusieurs sources, CVC Capital Partners a mandaté la banque d'investissement Goldman Sachs pour trouver un repreneur au fabricant de profilés en aluminium Corialis

Basé à Lokeren, Corialis est l'un des plus grands producteurs européens de profilés en aluminium pour fenêtres, portes, façades murales, vérandas, etc. L'entreprise travaille presque exclusivement pour le secteur de la construction. Son chiffre d'affaires est de 600 millions d'euros, son excédent brut d'exploitation (ebitda) d'environ 150 millions d'euros.

Depuis 2016, le groupe est aux mains du géant de l'investissement CVC. Il détient environ 70% du capital. La direction de Corialis, emmenée par le CEO Johan Verstrepen, détient le solde. Vestrepen est un vétéran de Corialis. Il y est actif depuis un quart de siècle. Détail intéressant: Steven Buyse, l'un des associés de CVC en Belgique, a été directeur financier du groupe lokerenois entre 1998 et 2001.

Nombreux propriétaires

Le processus de vente en est encore à ses débuts et l'on ne sait donc pas encore si une préférence sera donnée à un acheteur financier ou industriel à ce stade. Par contre, si Corialis (ex-Aliplast) venait à être repris par un financier, il s'agirait là du cinquième propriétaire de ce type en moins de vingt ans.

Electra Partners, le duo Ergon-Sagard et Advent ont précédé CVC. De quoi multiplier, sous leur houlette respective, la valeur de l'entreprise par cinq. En effet, lors de la prise de Corialis par Electra Partners en 2003, la société était évaluée à 205 millions d'euros. Treize ans plus tard, l'entrée de CVC lui a coûté près d'un milliard d'euros. Or, compte tenu de la croissance des dernières années, la valorisation suite à la vente qui se profile promet de faire un autre bond en avant.

Et pour cause, depuis l'entrée de CVC, Corialis a connu une croissance annuelle à deux chiffres, selon nos informations. En ce compris lors de la pandémie. Cette croissance a été enregistrée de manière organique, mais aussi par acquisitions. En ce sens, il y a un an, Corialis a fait son premier pas en Europe du Sud avec la reprise du portugais Lingote.

Depuis l'entrée de CVC, Corialis a connu une croissance annuelle à deux chiffres, selon nos informations.

Lorsque CVC est monté à bord, Corialis enregistrait un chiffre d'affaires de 450 millions d'euros pour un excédent brut d'exploitation (ebitda) de 100 millions.

Le groupe de Lokeren est la seule participation belge de CVC, mais le groupe de private equity est actif sur le marché belge depuis plusieurs décennies. La société d'investissement a ainsi été actionnaire de Bpost (avant l'introduction en bourse en 2013), de Continental Foods (Devos & Lemmens, Liebig), du spécialiste de l'éclairage Massive et du groupe chimique Taminco.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés