Laurent Minguet et Serge Lejeune divorcent après 14 ans de vie commune dans Horizon Groupe

Rien ne va plus entre les deux co-actionnaires liégeois, partenaires de longue date au sein du groupe de promotion immobilière Horizon Groupe. Un récent arrêt du tribunal de Commerce de Liège fixe les responsabilités et cadre les contours du divorce rapidement consommé.

L’homme d’affaires liégeois Laurent Minguet a pris tout le monde de vitesse il y a une quinzaine de jours. Lors d’un séminaire organisé dans la Cité Ardente par le Cercle de Wallonie, il n’avait pas hésité, en ouverture de la présentation de ses projets immobiliers, à annoncer son divorce avec Serge Lejeune, son partenaire de toujours, CEO des sociétés du groupe de promotion immobilière Horizon et co-actionnaire à parts égales avec lui.

"Serge m’a fait miroiter il y a plusieurs années l’arrivée d’actionnaires venus de Dubai, intéressés à monter dans le capital du groupe et à créer sur place une tête de pont Horizon."
Laurent Minguet

"Serge m’a fait miroiter il y a plusieurs années l’arrivée d’actionnaires venus de Dubaï, intéressés à monter dans le capital du groupe et à créer sur place une tête de pont Horizon. Depuis, je n’ai rien vu venir et j’ai lentement vu dériver le concept de logements qui a fait notre réputation. Pour finir, on n’aurait plus construit que des villas à 700.000 – 800.000 euros pour des acheteurs hypothétiques venus du Golfe. Ce n’est pas mon credo ; donc, j’ai décidé de reprendre les rênes de Horizon Groupe. Sans Serge. L’affaire sera réglée prochainement devant les tribunaux", avait-il asséné à plus de 200 professionnels de l’immobilier, médusés.

On apprend aujourd’hui que jugement a déjà été rendu en date du 26 juin dernier par la Juge Aurore Jansen. L’arrêt du tribunal de Commerce de Liège stipule que Laurent Minguet doit racheter l’intégralité (50%) des parts détenues par son co-actionnaire, Serge Lejeune. Plus précisément, il ordonne le transfert des actions de la SA Horizon 3D Invest (Serge Lejeune) dans la société SA Holding Minguet Lejeune à la SA Mimob (Laurent Minguet) et condamne cette dernière au rachat des actions de la première.

Il désigne pour ce faire Eric Mathay en qualité d’expert judiciaire pour déterminer la valeur exacte des actions cédées au sein de la holding qui est portée par les sociétés respectives des deux co-actionnaires et ne possède donc rien en propre, hormis les actions et un capital de 1 million d’euros. Un rapport motivé doit être déposé au greffe en date du 31 octobre prochain au plus tard. A défaut de prorogation motivée de ce délai, l’expert sera convoqué d’office en chambre du conseil.

Une déjà longue histoire…

Pour rappel, les deux compères liégeois aujourd’hui en instance de divorce étaient actifs en binôme depuis près de 15 ans dans plusieurs projets portés par Laurent Minguet (dont le Pôle Image de Liège). Ils avaient unis leurs noms sur le segment de la promotion immobilière sous la coupole de la Minguet & Lejeune S.A., créée en 2004 avec pour seul actionnaire Laurent Minguet. Les deux hommes en étaient, jusqu’il y a quelques jours encore, administrateurs délégués.

… inachevée

"Nous allons multiplier notre force de frappe en termes de projets à sortir et à commercialiser par 4 ou 5. Et Laurent choisit ce moment – où le potentiel du groupe n’a sans doute jamais été aussi bon – pour m’éjecter."
Serge Lejeune

Gravement malade depuis des mois déjà, Serge Lejeune reprend lentement du poil de la bête. Et il se défend des propos tenus par Laurent Minguet à son égard. "La situation du groupe Horizon, que je dois quitter à mon corps défendant, est extrêmement saine. Il est actuellement piloté par une équipe rôdée. Nous avons finalisé en janvier dernier un partenariat avec la SRIW sous forme de prêt obligataire. Nous allons multiplier notre force de frappe en termes de projets à sortir et à commercialiser par 4 ou 5. Et Laurent choisit ce moment – où le potentiel du groupe n’a sans doute jamais été aussi bon – pour m’éjecter", soupire Serge Lejeune, dépité d'en arriver là.

Celui-ci évoque également une future fusion cousue de fil blanc entre la société de promotion immobilière de Laurent Minguet, Mimob, et Horizon Groupe. Le timing serait, dit-il, idéal: les frais ont été solidement réduits depuis deux ans et les projets, parfois portés depuis des années, sont enfin prêts à être vendus, solide bénéfice à l’appui. D’ailleurs, ponctue le partenaire évincé, s’il en avait eu les moyens, il aurait racheté les parts de son co-actionnaire.

L’alibi dubaïote

"Laurent était au courant de tout et a tout approuvé. Aujourd’hui, il semble mettre cette option à la poubelle."
Serge Lejeune

Quant à l’alibi dubaïote invoqué par son ex-partenaire durant le séminaire liégeois pour motiver le divorce, il botte en touche également : "Depuis que j’ai annoncé à Laurent l’arrivée d’investisseurs venus du Golfe, on a développé nos activités en Belgique sans tenir compte de ce paramètre-là. On a su faire la part des choses et ne pas lâcher la proie pour l’ombre. Quand Laurent évoque des villas de prestige, il ne parle que d’un projet dans notre portefeuille: celui de Spa Balmoral. Ce projet existe depuis près de 8 ans, bien avant l’existence de ce partenariat dubaïote. Les derniers recours qui gelaient ce projet se sont éteints en janvier dernier. Et la seule décision que j’ai prise à ce sujet est de pré-meubler certains logements pour montrer aux acheteurs le potentiel réel. On devait d’ailleurs commencer à commercialiser ce projet qui compte 30 logements neufs de standing au total", précise-t-il.

L’apport de capitaux dubaïotes serait d’ailleurs toujours à l’ordre du jour, malgré une plomberie administrative et financière complexe entre les deux pays. "Laurent était au courant de tout et a tout approuvé. Aujourd’hui, il semble mettre cette option à la poubelle. De mon côté, je vais prendre un moment pour réfléchir, digérer et recharger mes accus. Mais je ne renonce pas à poursuivre avec ces partenaires au travers d’une nouvelle société. Je vais me refaire. J’ai déjà reçu plusieurs propositions…", annonce Serge Lejeune, qui reprend lentement du poil de la bête après des mois de traitement médical.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés