Publicité
innover

Benoît Gailly, UCLouvain: "L'innovation, c'est la mise en œuvre du changement"

Benoît Gailly co-dirige depuis vingt ans le Master en gestion de l'innovation de la Louvain School of Management. ©Tim Dirven

Pour Benoît Gailly, professeur de gestion de l'innovation à la Louvain School of Management (UCLouvain), l'innovation ne doit pas être un but en soi, mais plutôt un moyen pour les organisations d'atteindre leurs objectifs. Entretien.

Omniprésente et glorifiée dans nos sociétés en perpétuel mouvement, l'innovation est souvent considérée comme un but en soi. À tort. Parce qu'elle implique de nombreux bouleversements et n'est pas automatiquement bonne, l'innovation se doit d'être gérée, tant par les organisations qui la mènent que par tous ceux qui s'en trouvent impactés.

Ce sujet, le professeur Benoît Gailly en a fait sa spécialité. Après six années passées chez le consultant McKinsey, l'homme de 52 ans a choisi de mettre son expérience de l'innovation au service de la Louvain School of Management (LSM, UCLouvain).

Il y co-dirige, depuis vingt ans cette année, le programme exécutif en gestion de l'innovation et guide étudiants et organisations à travers le concept d'innovation et l'impact que celle-ci peut avoir sur les différentes franges de la société. Décryptage d'un phénomène plus complexe qu'il n'y paraît.

Qu’est-ce que l’innovation?

Innover c’est mettre en œuvre le nouveau, le changement. Et comprendre que la mise en œuvre peut rester un enjeu, voire un problème, malgré tout le travail réalisé sur le changement depuis des années. On le voit à chaque grande génération d’innovations, on a tendance à penser que l’idée seule se suffit à elle-même. Or, pour qu’un changement s’opère, un chemin bien plus complexe et bien plus long reste à parcourir.

Ensuite, il est important de rappeler qu’innover est un moyen et non une fin en soi. Innover à tout prix n’est pas une stratégie. Replacer l’innovation au sein des objectifs de l’organisation est essentiel.

"Les inventeurs sont convaincus, les innovateurs sont convaincants."

Et puis, l’innovation est multiple, elle peut se placer sur le produit, sur l’offre, ou sur les processus internes et la gouvernance par exemple. Il existe différentes manières d’innover, par petites itérations ou par grande révolution, et le choix doit se faire en fonction des ressources, des objectifs et des contraintes de chaque organisation.

Quelle est la différence avec une invention?

La notion de changement. Les inventeurs sont convaincus, les innovateurs sont convaincants. L’invention s’arrête une fois que l’inventeur a eu l’idée. L’innovateur doit convaincre les autres que l’idée est bonne et qu’elle nécessite de changer les habitudes.

Est-il toujours bon d’innover?

Une innovation n’est pas bonne en soi. Une innovation n’est bonne pour une organisation que si elle est conforme à ses valeurs et si elle l’aide à accomplir ses objectifs.

Une innovation doit-elle rester secrète dans un premier temps?

Il n’y a pas de règle. Dans certains cas, la diffusion d’une innovation passe par la reconnaissance et la notoriété. Samsung a par exemple bénéficié du fait qu’Apple avait déjà expliqué au public ce qu’était un iPad. En revanche, pour les innovations de processus, les entreprises peuvent avoir tout intérêt à garder le secret. C’est pour cette raison, entre autres, que seules 10% environ des innovations majeures sont brevetées.

"Les contraintes peuvent stimuler la créativité et l’innovation!"

Quel est l'environnement idéal pour innover?

Il faut être prêt à apprendre. Et pour apprendre, il faut être capable d’expérimenter, d’essayer et, parfois, d’échouer. Le point clé, c’est l’organisation apprenante.

L’innovation se limite-t-elle aux entreprises?

Non, elle impacte les citoyens et toutes les organisations, privées et publiques. Mais une entreprise innove souvent plus facilement parce qu’elle a un objectif clairement défini: vendre plus, produire plus...

Le profit est donc un moteur à l’innovation?

Le profit est plutôt une contrainte. Mais les contraintes peuvent stimuler la créativité et l’innovation!

Les entreprises belges sont-elles innovantes?

La Belgique souffre de sa petite taille et de sa fragmentation. Néanmoins, le marché belge bénéficie d’un tissu d’entreprises et d’organisations extrêmement riche. Il est important que les entreprises sur le sol belge réalisent qu’elles ont autour d’elles une foule de partenaires potentiels.

L’innovation est-elle nécessaire au succès d’une entreprise?

En réalité, on innove toujours un petit peu. Les innovations de processus internes se voient simplement moins que celles portant sur le produit. Il ne faut pas réduire l’innovation au produit et il ne faut pas oublier qu’énormément d’entreprises opèrent en B2B. C’est notamment le cas de grandes entreprises innovantes belges, comme Solvay, Puratos ou Umicore.

Il existe aussi des secteurs qui innovent moins, souvent pour des raisons de risque. Dans ces secteurs, les contraintes et les attentes sont différentes et la nouveauté n’est souvent pas une valeur en soi.

Quels sont les principaux freins à l’innovation?

Innover implique de perdre ses habitudes. Et c’est dur. On a besoin de routines, c’est humain et c’est aussi le propre de toute organisation. En innovant, on perturbe ces routines et cela a un coût. Le défi pour l’innovateur est de convaincre que la transition vers l’innovation est plus intéressante que la perte de la routine.

"Le modèle de l'innovation 'imposée' n'est plus tenable aujourd'hui."

Ensuite, il faut être conscient qu’une innovation crée des gagnants et des perdants. C'est pourquoi il est nécessaire de se poser les bonnes questions et d’intégrer les parties prenantes au processus.

Le modèle de l’innovation "imposée" n’est plus tenable aujourd’hui. L’innovation est un processus collectif. Un porteur d’innovation doit faire en sorte que le changement soit pour chacun au moins acceptable et au mieux positif.

Le profil

  • 1969: Naissance à Bruxelles.
  • 1991: Diplôme d'ingénieur de l'UCLouvain.
  • 1994: Doctorat en mathématiques appliquées à l'UCLouvain.
  • 1995: Manager chez McKinsey.
  • 2001: Professeur en gestion de l'innovation à la Louvain School of Management.

Les phrases-clés

  • "Innover est un moyen et non une fin en soi".
  • "Innover à tout prix n'est pas une stratégie".
  • "Les inventeurs sont convaincus, les innovateurs sont convaincants".
  • "Le modèle de l’innovation "imposée" n’est plus tenable aujourd’hui. L’innovation est un processus collectif."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés