Publicité
innover

Une première pale d’éolienne entièrement recyclable

©Maxime Paquay

Siemens Gamesa vient de présenter la première pale pour éolienne entièrement recyclable. Après avoir longtemps été le "talon d’Achille" de l’énergie éolienne, la question du recyclage des pales est devenue une priorité pour le secteur.

Une petite pale - recyclable - pour l’homme, un grand pas pour l’humanité? Siemens Gamesa Renewable Energy vient de présenter le groupe comme "la première pale pour éolienne au monde entièrement recyclable". Ce que l'entreprise espagnole a en réalité conçu pour commercialiser sa "RecyclableBlade", c'est une nouvelle résine qui permet de récupérer tous les compostants de la pale en fin de vie.

Oubliez les cimetières de pales éoliennes, ces images de milliers de pièces enfouies sous terre, régulièrement brandies par les plus fervents opposants à l’éolien, comme si la filière était condamnée à être polluante.

Cette image d'un cimetière éolien aux États-Unis a fait le tour du monde. ©Benjamin Rasmussen for Bloomberg Green

En Europe, environ 85% des composants d'éoliennes en fin de vie, en ce compris la tour, la nacelle, le générateur et la boîte de vitesses, sont déjà recyclés ou réutilisés. Le béton et les métaux qui les composent disposent de débouchés clairement identifiés dans des filières de réutilisation déjà opérationnelles

Vers une interdiction généralisée de l'enfouissement?

Et s’il est vrai que seuls quatre pays européens (Finlande, Pays-Bas, Allemagne et Autriche) disposent actuellement d’une interdiction de mise en décharge des pales d’éoliennes déclassées, le porte-voix du secteur, WindEurope, vient de réclamer une interdiction généralisée de l’enfouissement pour 2025, dans l'Union des 27.

Il y a des hélices, hélas, c’est là qu’est l’os

Mais il y a bien des hélices, hélas, et c’est là qu’est l’os. Car ce sont les pales qui sont les plus difficiles à recycler. Pour faire simple, ces pales sont constituées de matériaux composites, dont de la fibre de verre ou de carbone, et une résine qui tient le tout ensemble et permet d’améliorer leur performance. Or, cette résine est très difficile à couper.

Broyées, brûlées ou réutilisées

Résultat, "les pales sont le plus souvent broyées, et ensuite brûlées en co-incinération dans des cimenteries, où elles servent donc de combustibles", indique Olivier Bontems, directeur énergie et projets spéciaux au sein de l'intercommunale hennuyère IDETA. Tout comme les différents projets de réutilisation des pales en mobilier urbain, cela reste court en perspectives industrielles alternatives à l’enfouissement.

Les acteurs spécialisés dans le recyclage des pales se comptent sur les doigts d’une main. Citons la start-up espagnole Reciclalia ou l’équipe de recherche Re-Wind, basée en Irlande. Et le système de gestion actuel, des filières "pis-aller qui n'ont de toute façon pas vocation à devenir structurelles" pour Olivier Bontems, ne suffira pas et devra sans doute être revu en profondeur.

Parce que le développement de l’éolien est tel que les prévisions tablent sur 500.000 tonnes de déchets par an en 2050, générés uniquement par le démontage et le recyclage des composants des éoliennes en Europe.

Au point qu'après avoir longtemps été qualifiée de "talon d’Achille" de l’énergie éolienne, la question du recyclage des pales est devenue une priorité du secteur. C’est dire à quel point l’annonce faite par Siemens Gamesa est loin d'être anecdotique.

Séparer efficacement la résine des autres composants

L’industriel hispanique a conçu et lancé la production et la commercialisation des premières pales d’éoliennes en mer entièrement recyclables. Siemens Gamesa a en réalité surtout mis au point une résine. "La structure chimique de ce nouveau type de résine permet de séparer efficacement la résine des autres composants à la fin de la vie de la pale", indique le groupe.

Les six premières RecyclableBlades ont déjà été produites à Aalborg au Danemark, et plusieurs contrats de distribution ont été signés, notamment avec deux des clients principaux de Siemens Gameva: EDF Renouvelables et RWE.

L’innovation ne consiste donc pas ici en un bouleversement du processus de production des pales (qui n’est en rien chamboulé, assure-t-on chez l’industriel), mais bien à introduire un composant nouveau qui permet, en fin de vie du produit, de récupérer presque intacts chacun des matériaux récupérés.

"En Belgique, l'éolien est déjà au coude-à-coude avec le nucléaire en termes de grammes de CO2 émis par kWh."
Olivier Bontems
Directeur énergie et projets spéciaux IDETA

"C'est de l'éco-conception, et potentiellement une bonne nouvelle", analyse Olivier Bontems. Parce que ces nouvelles pales pourraient encore améliorer le rendement environnemental de l'énergie éolienne. Même si en l'état actuel des technologies à la fois existantes et installées (aussi en Belgique), avance Olivier Bontems, "l'éolien est déjà au coude-à-coude avec le nucléaire en "analyse du cycle de vie" (une méthode d'évaluation du bilan environnemental, NDLR). Par kWh d'énergie, l'éolien émet 11 grammes de CO2, le nucléaire 12, le solaire 45, et les centrales au gaz 490".

"L'éolien est donc déjà la technologie renouvelable la moins émettrice." Les pales recyclables auront peut-être, en sus, le mérite symbolique d'enterrer définitivement la chimère des cimetières à éoliennes en Europe.

Le résumé

  • Siemens Gamesa annonce une première pale d'éolienne au monde, entièrement recyclable.
  • Jusqu'à présent, ce sont les pales qui posent le plus problème en matière de recyclage.
  • La RecyclableBlade permet de "séparer efficacement la résine des autres composants à la fin de la vie de la pale".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés