carte blanche

Réinventer la "commune de papa" en "smart municipality"

La période de longs mois de déconfinement progressif que nous allons expérimenter est une première jamais vécue: un laboratoire où tout est à inventer. Il appartient dès maintenant aux communes de retisser du lien avec leurs citoyens.

Par Bertrand Hanot, fondateur de BHC et de la spinout Antopolis


Il est parfois intéressant de se pencher. Regarder et s’inspirer de la nature qui grouille sous nos pieds: la fourmi par exemple, l’une des espèces les plus collaborantes qui place l’intérêt commun avant l’intérêt particulier.

La période de déconfinement que nous expérimentons est une première jamais vécue: un laboratoire où tout est à inventer. Nous vivons une période du "tout réglementé" exacerbé, jusqu’au simple acte d’aller acheter son pain. Un contexte dans lequel une gestion de l’information efficiente et proactive s’avère cruciale, tant la nature a horreur du vide et comble, telle la fake news, le plus petit endroit où l’information viendrait à manquer.

Finies les fêtes de village qui tissent la cohésion sociale à l’échelle d’un territoire.

À crise globale, solutions locales

Ces derniers mois affluent les tribunes sur "le monde d’après", avec en filigrane une question lancinante: "Par où commencer?" À crise globale, réponse collective, solutions locales. Parce qu’il se joue aussi à l’échelon local, cet événement sans précédent nous a confortés nous, entrepreneurs de l’ICT, dans l’urgence de réinventer la relation des communes à leurs citoyens.

Dans l’ère du réseau, choisir de ne pas communiquer n’est plus une option. Les citoyens le font quoiqu’il arrive, c’est le fruit de l’(heureuse) évolution de ces 30 dernières années: nos édiles sont désormais à l’épreuve de la conversation sur les réseaux sociaux. Et s’il y avait à s’inspirer de certains réflexes de la PME pour redessiner les contours de la commune de demain? De sa dynamique de proximité, et de son approche centrée sur le client et ses besoins par exemple, pour faire évoluer la commune dans sa gestion de l’interactivité avec le citoyen. Passer de l’acte de voter tous les 6 ans à, une fois nos représentants élus, un système de "citizen relationship management" tout au long de l’année, pour installer à l’échelle communale une culture du 2.0.

""La smart municipality est ce territoire qui met ses habitants en pleine capacité d’exercer leur rôle de citoyens à part entière."
Bertrand Hanot
Fondateur de BHC et de la spinout Antopolis

À crise globale, réponse collective: il appartient aussi aux PME de faire leur part. L’Union wallonne des entreprises (UWE) s’est d’ailleurs engagée dans cette voie en devenant l’une des voix 2020 des Objectifs de développement durable. Parce que l’entreprise est aussi l’endroit où se construit le monde de demain, à travers les relations interpersonnelles qui s’y tissent, dans la vision qui s’y développe, autour de laquelle s’articulent des ressources en dynamique "projet". "Faire sa part" et remettre pourquoi pas son fonctionnement en cause, pour devenir elles aussi, de vrais espaces démocratiques.

Briser le mur d'incompréhension

Car ce qui est en jeu après des mois de distanciation sociale, c’est de pouvoir retisser du lien. Tendre ce fil entre le citoyen et l’administration pour briser la sensation du "mur d’incompréhension" et permettre à l’ensemble de la collectivité d’être plus proche et plus efficace. Et au final, nous ne parlons de rien d’autre que d’"encapacitation": outiller les citoyens pour leur permettre de contribuer au mieux-être à l’échelle de leur commune. Le "chacun fait sa part", encore et toujours.

Quittant par là le mythe Facebook, l’effet "baguette magique" du réseau social qui supposerait les conditions d’une communication efficiente de par sa seule utilisation… Combien de comptes personnels animés par des bourgmestres pour organiser la distribution de masques, ou la communication officielle d’informations vitales à la vie locale? Tout comme nouer et entretenir le lien sur le terrain demande temps et énergie, investir dans une politique digitale en appui à ce travail doit être une démarche volontariste. C’est là une question de culture et de compréhension des enjeux démocratiques qui ont évolué au rythme de la société de la connaissance ces 30 dernières années.

Nous vivons dans une société suroutillée qui s’est développée sur la maîtrise des paramètres: mise en données du monde, calcul des risques, progrès de la science. Jusqu’au moment où nous voici frappés par une crise qui nous apprend à devoir composer avec l’incertitude. En ressort l’essentiel: la possibilité de compter les uns sur les autres, la solidité des liens construits pour faire face à l’adversité, la solidarité. Ceci se joue à l’échelle de nos rues, de nos quartiers, de nos villes.

Mieux anticiper, mieux planifier

Il appartient dès maintenant aux communes de retisser du lien avec leurs citoyens, en amont de longs mois de déconfinement progressif. Finies les fêtes de village qui tissent la cohésion sociale à l’échelle d’un territoire. Comment nos instances sont-elles amenées à se réinventer pour être à l’écoute et installer les conditions de la bidirectionnalité? Pour mieux connaître leurs citoyens, pour que les citoyens connaissent mieux leur collectivité et se connaissent mieux entre eux. Pour mieux anticiper les attentes et les besoins, mieux planifier et donc, gérer avec une vision à long terme, plus soutenable.

Dans son "Encyclopédie du savoir relatif et absolu", l’auteur de "La Trilogie des Fourmis" Bernard Werber démontre que 1 + 1 = 3. Non pas pour remettre en cause les fondements mathématiques. Mais la métaphore montre à raison que la conjugaison des savoir-faire vaut toujours plus que la somme des parties.

Bertrand Hanot a fondé la société informatique montoise BHC en 1998 qui a elle-même donné naissance à la spinout Antopolis en mars 2020, dont la solution "smart municipality" est venue en support aux communes et CPAS dans la crise du Covid-19.

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:



Lire également

Messages sponsorisés