Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Testée jusqu'à - 27 °C…

©Audi

Une voiture électrique doit pouvoir fonctionner dans toutes les conditions imaginables. C’est pourquoi Audi a exposé les prototypes de son premier SUV 100% électrique aux situations les plus extrêmes. L’un des tests les plus étonnants a été réalisé à très basse température.

Le théâtre de ce test très spécial: un gigantesque lactotalement gelé. Quelque part en Suède. Le constructeur y a trouvé les conditions idéales pour tester de nouvelles voitures: dans un froid inhumain et loin du monde habité. Car la marque protège activement son prototype des regards du consommateur… et des concurrents.

Un nouveau modèle qui réussit son examen dans de telles circonstances est totalement prêt. Bien entendu, la première voiture électrique de la marque ne pouvait qu’être testée dans cet endroit unique. Parce qu’Audi, à l’instar de tous ses nouveaux modèles, n’a pas voulu prendre le moindre risque avec l’e-tron. Et parce que les ingénieurs désiraient explorer les limites de ce SUV révolutionnaire.

Lorsque la production en série sera lancée, les 250 prototypes de l’Audi e-tron auront parcouru plus de 5 millions de kilomètres au total.

Obstacle inattendu

Dans un test de ce genre, aucun aspect, aucune fonction n’échappent au regard acéré des testeurs. Comme l’Audi Pre Sense Front, qui arrête la voiture dès qu’apparaît un obstacle inattendu, tout en veillant à la sécurité des passagers et des autres usagers de la route. Les ingénieurs ont donc envoyé une e-tron à haute vitesse sur le lac et fait apparaître subitement un obstacle: le SUV électrique s’est parfaitement arrêté. Et tous les autres tests ont été passés avec brio.

Avalanche artificielle

Ce n’est pas un hasard si les ingénieurs d’Audi se sont rendus dans l’extrême nord de la Suède. Non seulement cet environnement désolé offre le contexte rêvé pour mettre à l’épreuve le système de freinage d’urgence, mais brouillard et neige y sont monnaie courante, ce qui permet de jauger au mieux le fonctionnement des caméras.

Un système qui fonctionne dans ces conditions hivernales fonctionnera partout. Un exemple: pour vérifier si l’Audi Pre Sense Front entrait en action au moment adéquat, les ingénieurs ont envoyé deux prototypes de l’e-tron à haute vitesse sur le lac, l’un près de l’autre. Un camion arrivant dans la direction opposée a brusquement déversé une gigantesque quantité de neige sur les e-tron. À tel point que le conducteur comme le passager n’y voyaient plus rien.

De manière totalement adéquate, le système de freinage d’urgence n’a pas considéré l’avalanche artificielle comme un obstacle, et n’est donc pas entré en fonction. Même après plusieurs essais. Un nouveau défi que l’e-tron a relevé haut la main.

Chaleur africaine

Les tests réalisés dans des conditions hivernales extrêmes en Suède n’étaient bien entendu que l’une des nombreuses étapes du cycle d’essai des prototypes. Lorsque la production en série du modèle débutera, les quelque 250 prototypes de l’Audi e-tron auront parcouru au total plus de 5 millions de kilomètres. Non seulement sur des lacs gelés et par - 20 °C, mais aussi dans la chaleur africaine et sur les sommets d’Asie, et même dans le trafic au pas des grandes villes chinoises et américaines.

Lire également
Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité