Opérer un patient à distance, c'est désormais possible grâce à la 5G

©Ericsson/Guillaume Bassem

L’internet mobile ultra-rapide permet à un chirurgien de réaliser en direct une opération à Bruxelles depuis New York en contrôlant un bras robotique.

On n’arrête pas le progrès… Un chirurgien peut désormais opérer un patient sans être dans la même pièce que celui-ci, ni dans le même pays d’ailleurs.

L’entreprise suédoise de télécommunications Ericsson en a fait la démonstration mercredi à l’occasion du "5G NOW! Industry Summit" qui réunissait députés européens, experts et journalistes à Bruxelles.

Comment une telle prouesse est-elle rendue possible? Grâce à une robotique de pointe, bien sûr, mais aussi et surtout grâce à une connexion internet ultra-rapide, sans laquelle toute intervention requérant une telle précision ne pourrait être rien qu’imaginée. La première permet l’action, quand la seconde permet la transmission.

Concrètement, lorsque le spécialiste décide de fermer la main pour attraper un bistouri ou un organe, son équivalent robotique installé ex-situ la ferme instantanément. Si l’homme bouge le bras, son double le bouge lui aussi. Même chose pour les doigts. Et cela va jusqu’au ressenti en sens inverse, soit la sensation de toucher que perçoit l’opérateur quand la machine entre en contact avec un objet, permettant ainsi une expérience toujours plus proche du réelle, bien que restant virtuelle.

Bienvenue dans l’ère de l’"internet of skills" où les possibilités sont infinies. Pour rester dans le monde médical, l’on pourrait imaginer qu’à terme, grâce à cette technologie, l’on puisse par exemple faire appel pour une opération urgente à l’expertise de ce spécialiste mondialement reconnu qui se trouve à New York et n’aurait pas le temps de se déplacer. Il dirigerait outre-Atlantique un robot qui répliquerait ses gestes, ici, en Belgique, comme s’il y était. De même, dans le cas d’une guerre, une machine pourrait être parachutée dans la zone concernée, permettant à un chirurgien d’intervenir à distance sur les blessés qu’il convient de recoudre ou d’opérer, sans risque pour sa personne.

Mais cela ne s’arrête pas là. Tous les secteurs sont concernés. De l’ingénieur qui doit effectuer une réparation au fond d’une mine au militaire qui doit désactiver une bombe à distance, en passant par un peintre qui pourrait réaliser un chef-d’œuvre à distance ou encore par un tailleur italien qui donnerait des cours à des élèves en Asie, les exemples d’applications sont légion.

Et concernant l’éducation en particulier, la plus-value est indéniable, tant l’expérience physique est importante dans le processus d’apprentissage. Un professeur pourrait montrer à ses élèves la gestuelle adéquate pour réaliser telle ou telle opération, quand les gants connectés de ses élèves leur feraient ressentir le tout en direct.

Fini les latences

Bien, mais se pose pourtant une question en filigrane: pourquoi diantre cette technologie n’a-t-elle pas été introduite plus tôt – après tout, la robotique et la connectivité font partie de notre société depuis quelques années maintenant – si elle est si utile? Pour faire simple, parce que la rapidité des échanges avait fait défaut jusqu’ici.

Désormais, avec les développements de la 5G, tout a changé. Ce nouveau standard ultra-rapide pour la téléphonie mobile permet une vitesse accrue, l’augmentation du nombre d’appareils pouvant se connecter au réseau, mais aussi et surtout un temps de latence réduit. Résultat, les interactions éclairs sont désormais possibles dans le cas d’opérations à distance, grâce à des temps de réponse similaires à ceux que l’être humain rencontre dans la vraie vie. Et il s’agit-là d’une avancée majeure. En effet, "lorsqu’une personne touche un objet, elle se rend immédiatement compte si celui-ci est chaud ou froid, doux ou rugueux… Le temps de réponse de ses sens est de l’ordre des 10 millisecondes, explique Peter Marshall, responsable des solutions réseaux chez Ericsson. Désormais, avec la 5G, nous parvenons à obtenir des résultats similaires lorsqu’un individu interagit avec un objet à distance, ce qui rend les opérations numériques bien plus naturelles qu’auparavant et les rapproche du réel".

Des questions émergent

Un paysage idyllique en apparence… Toutefois, qui dit nouvelles technologies, dit son lot de nouvelles questions auxquelles il incombe de répondre.

Dans le cas d’une opération chirurgicale à distance, que se passerait-il si un hacker venait à s’immiscer dans l’intervention du chirurgien? De même, comment réagir si un incident majeur venait à se produire – comme en 2011, lorsque de violentes intempéries avaient coûté la vie à cinq personnes au festival Pukkelpop –, saturant les réseaux? Pourrait-on se permettre des congestions alors que des activités critiques passeraient désormais par le net? Non, bien sûr. C’est pour cela que des solutions, comme le "slicing" (découpage), existent d’ailleurs. Le réseau peut être divisé en sous-réseaux securisés selon différents degrés et dédiés à certains acteurs.

Des pistes d’amélioration aussi

Voici autant de points qu’il convient d’adresser rapidement – les acteurs du secteur s’y attellent déjà –, mais qui n’empêchent pas une réalité à bien se mettre en tête: la 5G est à nos portes. Il faudra donc répondre à ces interrogations en cours de route, la technologie en question arrivant dès demain, pas au sens propre, mais bien d’ici deux à trois ans, soit en un rien de temps dans le monde des télécoms.

Pour reprendre l’exemple de l’opération chirurgicale à distance, si pour l’heure, de nombreux fils entravent encore les mouvements de l’opérateur, de même que la portabilité de la solution, "d’ici 2020, ce sera réglé", assure Peter Marshall qui collabore avec le King’s College de Londres et BT (anciennement British Telecom) sur des améliorations en ce sens. "L’appareil que vous voyez n’a que six mois. Si les développements continuent au même rythme, la 5G sera complètement intégrée aux appareils très rapidement", ce qui accélérera d’autant plus l’émergence de nouvelles applications.

Sondés en 2016, les principaux opérateurs du globe sont eux aussi convaincus des opportunités offertes. à 98%, ils estiment que la 5G leur apportera croissance et revenus supplémentaires à terme.

Bref, un peu de patience, cela arrive.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content