Un trader suisse floué de 6.000 tonnes de cuivre

©AFP

À l’ouverture des 300 containers, le négociant suisse Mercuria Energy Group a découvert des pierres peintes au lieu des 6000 tonnes de cuivre convenues.

En juin dernier, Mercuria Energy Group conclut un contrat avec un fournisseur turc, Bietsan Bakir, pour l’achat de 6.000 tonnes de cuivre au prix de 36 millions de dollars. Au cours actuel, la marchandise vaudrait 53 millions. Au lieu d’un beau bénéfice, le négociant suisse en matières premières se retrouve toutefois avec 6.000 tonnes de pierres peintes de couleur cuivrée sur les bras

53
millions de dollars
La valeur de la marchandise volée s'élève actuellement à 53 millions de dollars.

Selon son avocat, la marchandise avait bel et bien été chargée dans 300 containers scellés devant embarquer sur 8 navires à destination de la Chine. Mais le cuivre aurait été subtilisé et remplacé par des pierres dans le port d’Ambarli, proche d’Istanbul.

Les malfaiteurs sont revenus de nuit avant chaque chargement pour remplacer le cuivre par des pierres et apposer de faux scellés. Le pot aux roses n’ayant été découvert qu’à l’arrivée en Chine, tous les chargements avaient déjà été effectués et Mercuria Energy group avait versé la totalité du montant convenu.

Dans un tel cas, l’acheteur est normalement dédommagé par les assurances couvrant l’opération. Mais seul un des sept contrats du fournisseur turc était authentique. La police turque, qui a déjà placé 13 personnes en détention, parle de crime organisé. La question de la complicité des autorités portuaires se pose aussi, 6 000 tonnes de cuivre ne passant pas inaperçues.

Ce "casse" pourrait faire sourire si les fraudeurs n’étaient pas si actifs dans le secteur des matières premières, ciblant régulièrement des particuliers par téléphone ou par Internet.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés